La Suède a décidé de ne pas ouvrir d’ambassade à Ramallah même si elle a reconnu l’État palestinien fin octobre, a annoncé lundi sa ministre des Affaires étrangères Margot Wallström.

« Personne n’a ouvert d’ambassade à Ramallah et nous pensons que cela peut être géré par le consulat général de Jérusalem. Cette solution est satisfaisante pour nous », a indiqué la chef de la diplomatie suédoise à la radio publique SR.

Cette reconnaissance, la première par un grand pays de l’Europe de l’Ouest, avait été saluée par le président de l’Autorité palestinienne comme « courageuse et historique » mais considérée « malheureuse » par Israël, qui avait rappelé son ambassadeur, Isaac Bachman.

Aucun porte-parole de l’ambassade d’Israël à Stockholm n’était joignable lundi pour indiquer si M. Bachman était revenu en Suède.

Selon l’Autorité palestinienne, quelque 135 pays dans le monde ont reconnu la Palestine, dont, outre la Suède, sept autres membres de l’Union européenne: la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, Malte et Chypre, qui l’ont reconnue avant leur entrée dans l’UE.

À l’occasion de la fête nationale palestinienne le 15 novembre, le roi de Suède Carl XVI Gustaf a adressé un courrier de félicitations à l’Autorité palestinienne.

« C’est ce qui se passe quand on a reconnu un autre pays, c’est courant que le roi fasse ça », a expliqué Mme Wallström.