La ministre tunisienne du Tourisme, Amel Karboul, a démenti vendredi que des touristes israéliens récemment empêchés d’entrer en Tunisie aient été victimes de discrimination, affirmant qu’il s’agissait d’un problème de procédure.

Le croisiériste Norwegian Cruise Line (NCL), dont le siège se trouve aux Etats-Unis, avait indiqué lundi qu’un petit nombre de ses passagers de nationalité israélienne n’avait pas pu quitter le navire lors d’une escale dimanche au port de La Goulette, dans la banlieue nord de Tunis.

NCL a accusé la Tunisie de « discrimination » et annoncé l’annulation de toutes ses escales dans le pays.

« Nous espérons recevoir sept millions de touristes étrangers cette année en Tunisie. Sept millions de [personnes de] toutes nationalités, de toutes religions, de toutes ethnicités », a dit Mme Karboul à un petit groupe de journalistes, dont l’AFP.

« En même temps, nous sommes un pays de droit. Comme (dans) tous les pays du monde, il y a pour certaines nationalités des visas ou laissez-passer qui sont obligatoires (…). Ce n’est pas lié à une seule nationalité », a-t-elle ajouté.

« Généralement, si ce sont des Israéliens, ils doivent aller au consulat le plus proche et demander un laissez-passer », du fait de l’absence de relations diplomatiques entre Israël et la Tunisie, a-t-elle poursuivi.

« Cette fois, les procédures n’ont pas été faites apparemment dans le délai nécessaire. On n’a pas la possibilité en Tunisie d’acheter le visa » à l’arrivée, a-t-elle déclaré.

La question est sensible en Tunisie, comme dans la plupart des pays arabes, où la normalisation des relations avec Israël est taboue.

Au moment de sa nomination, Mme Karboul a d’ailleurs dû faire face à de vives critiques parce qu’elle s’était rendue en Israël pour des raisons professionnelles.

La Tunisie a entretenu des relations étroites avec les Palestiniens, accueillant notamment de 1982 à 1994 le quartier général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

En 1996, la Tunisie et Israël avaient ouvert des « bureaux d’intérêts » à Tel Aviv et Tunis, mais en octobre 2000, Tunis a gelé ces relations en protestation contre la répression de l’Intifada.

Mme Karboul a par ailleurs indiqué que le pèlerinage juif de la Ghriba, la plus ancienne synagogue d’Afrique située à Djerba (sud de la Tunisie), aurait lieu du 13 au 18 mai, en appelant les Juifs, notamment de France, à s’y rendre.

« On invite la communauté juive à venir comme chaque année à la Ghriba, à venir nombreux et (…) surtout avec les jeunes », a-t-elle dit.