La Syrie a dénoncé dimanche une « agression flagrante » en accusant la Turquie d’avoir abattu un de ses avions militaires dans la région frontalière de Kassab, dans le nord-ouest du pays.

« Dans une agression flagrante qui met en évidence l’implication (du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan dans le soutien aux groupes terroristes, la défense antiaérienne turque a abattu un avion militaire syrien qui pourchassait les groupes terroristes à l’intérieur du territoire syrien à Kassab », a dénoncé une source militaire syrienne.

Le pilote a pu s’éjecter et sauter avec son parachute, a précisé cette source.

Le régime désigne par le terme « terroristes » l’ensemble des opposants et rebelles cherchant à renverser le président Bachar al-Assad.

Pour sa part, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a félicité l’armée turque pour avoir abattu cet avion syrien et a prévenu que la riposte de la Turquie serait musclée en cas de violation de son espace aérien par la Syrie.

« Notre réponse sera forte si vous violez notre espace aérien », a déclaré M. Erdogan lors d’un meeting électoral.

« La défense antiaérienne turque a visé un chasseur bombardier syrien alors qu’il frappait des régions dans le nord de la province de Lattaquié (ouest). L’appareil a pris feu avant de s’écraser en territoire syrien », avait indiqué plus tôt l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Auparavant, le ministère syrien des Affaires étrangères avait dénoncé dans un communiqué une « ingérence » de la Turquie ces deux derniers jours dans la région de Kassab, où les combats entre forces gouvernementales et rebelles se poursuivaient depuis trois jours.

Le ministère syrien a demandé au gouvernement d’Erdogan de « cesser son agression et son soutien au terrorisme », et de cesser d' »impliquer l’armée turque dans des aventures vaines contre la Syrie (..) qui souhaite la poursuite de bonnes relations bilatérales » avec la Turquie.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a averti dimanche que la riposte de la Turquie serait musclée en cas de violation de son espace aérien par la Syrie.

« Notre réponse sera forte si vous violez notre espace aérien », a déclaré M. Erdogan lors d’un meeting électoral, tout en félicitant l’armée turque pour avoir abattu un avion militaire syrien près de la frontière turco-syrienne.

« Je félicite le chef d’état-major des forces armées et les valeureux pilotes… Je félicite nos forces aériennes », a déclaré le chef du gouvernement.

Selon des médias locaux, l’armée turque a lancé des avertissements à deux avions de chasse syriens qui approchaient de la frontière, et a fait décoller l’un de ses F-16, lorsque un des appareils a refusé d’obtempérer.

« La défense aérienne turque a ciblé un avion de combat syrien alors qu’il bombardait des secteurs dans la province de Lattaquié [nord de la Syrie].

L’avion a pris feu et s’est écrasé en territoire syrien », selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Des avions de chasse turcs avaient abattu l’an dernier un hélicoptère syrien qui avait été repéré, selon Ankara, à deux kilomètres à l’intérieur de l’espace aérien turc.

La Turquie a modifié ses règles d’engagement après qu’un de ses avions de combat eut été abattu par les forces aériennes syriennes en juin 2012.