Une nouvelle proposition de cessez-le feu à long terme entre Israël et le Hamas a été initiée par le Qatar et la Turquie, a appris le Times of Israel.

Des sources palestiniennes ont déclaré que la Turquie avait transmis la proposition par l’intermédiaire de l’ambassadeur du Qatar dans la bande de Gaza, Muhammad Al-Ahmadi, qui a visité Israël et même rencontré le coordonnateur des activités gouvernementales dans les Territoires, le général Yoav Mordechai.

Les ambassadeurs turc et qatari ont rencontré des représentants du Hamas à Ankara, ainsi que dans la bande de Gaza, et leur ont présenté le cadre du plan. Les détails ont également été fournis aux principaux dirigeants de l’Autorité palestinienne.

Le Times of Israel avait évoqué en mars le canal qatari entre Israël et le Hamas. Cette dernière offre de la Turquie rejoint essentiellement celle du Qatar afin d’élaborer une proposition conjointe.

Selon diverses sources à Gaza, le plan de base, qui a été appelé « Tahdiat Ala’amar » (cessez-le-feu pour la reconstruction) dans la bande de Gaza, comprend un moratoire de cinq ans sur les hostilités entre les deux parties.

La contribution de la Turquie au plan est l’idée de créer un port flottant en face des côtes de l’enclave palestinienne, où les navires apportant des marchandises pour Gaza pourraient jeter l’ancre. Les marchandises entreraient dans le territoire palestinien après avoir passé par un contrôle de sécurité. Selon les mêmes sources palestiniennes, la partie responsable de l’inspection serait l’OTAN, dont la Turquie est membre.

Cependant, Israël s’oppose fermement à la création d’un port, même un port flottant au large de la bande de Gaza.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a récemment affirmé qu’Israël et le Hamas avaient eu des contacts directs, une information qu’aucune des deux parties ne confirme. Et en effet, le Times of Israel a appris que des Israéliens – à titre officieux – ont été en contact avec le Hamas dans une tentative de trouver une solution permanente à la situation à Gaza.

Un haut responsable du Hamas a refusé de commenter.

Dans une interview, le responsable a affirmé que l’idée turque de port n’est pas nouvelle et avait déjà été présentée dans le passé. Il a ajouté que Al-Ahmadi, le négociateur du Qatar, n’avait parlé avec le Hamas que de ce qui concerne la reconstruction de la bande de Gaza.

Mais il a reconnu que plusieurs idées avaient été présentées par diverses parties pour un accord de cessez-le-feu à long terme. D’après lui, « aucune des idées n’ayant obtenu de réponse du côté israélien », elles ont été mises en veilleuse.

Cependant, le Hamas a déclaré qu’il y avait eu récemment des échanges avec Israël. Un responsable du Hamas dans la bande de Gaza, Ahmad Youssef, a confirmé lundi qu’il y avait eu des contacts entre les deux parties concernant une trêve par l’intermédiaire de négociateurs européens.

Le Times of Israel a fait état au mois de mars de l’existence de plusieurs canaux diplomatiques qui tentent de parvenir à un cessez-le- feu, dont l’un est mené par le représentant de l’ONU au Moyen-Orient, Robert Serry.