L’ambassadeur de Turquie dans les Territoires palestiniens a assuré jeudi que son pays « n’oublierait pas » ses dix citoyens tués dans l’assaut israélien contre une flottille pour Gaza en 2010, lors d’une cérémonie anniversaire dans le territoire gouverné par le Hamas.

Un tribunal d’Istanbul a ordonné lundi l’arrestation d’ex-chefs de l’armée israélienne pour leur implication le 31 mai 2010 dans cet assaut de la flottille qui tentait de briser le blocus de Gaza, une décision qui pourrait encore retarder un accord entre les deux pays sur le rétablissement de pleines relations diplomatiques.

« Le peuple turc n’oubliera pas », a affirmé l’ambassadeur, Mustafa Sarniç, basé à Jérusalem, selon une traduction de ses propos en arabe, pendant cet hommage, devant le monument érigé dans le port de pêche de Gaza, sur lequel sont inscrits les noms de neuf « martyrs », le dixième étant décédé la semaine dernière.

Le vice-président du Conseil législatif (Parlement) palestinien Ahmad Bahar a salué « la Turquie sous la direction du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui insiste sur la levée du siège de Gaza ».

MM. Sarniç et Bahar ont ensuite embarqué sur un bateau pavoisé de drapeaux turcs en compagnie de jeunes Palestiniens, hommes et femmes, pour jeter en mer une gerbe de fleurs, en mémoire des dix passagers tués à bord du Mavi Marmara, affrété par l’organisation caritative islamique turque IHH.

Israël impose un blocus terrestre, maritime et aérien à la bande de Gaza depuis la capture en juin 2006 d’un de ses soldats – libéré en 2011 – renforcé en juin 2007 lors de la prise de contrôle de l’enclave par le mouvement islamiste Hamas.

La quasi interdiction des exportations, en particulier vers Israël et la Cisjordanie, qui avant 2007 représentaient 85% du marché des produits de Gaza, obère tout réel développement, selon les rapports de l’ONU et d’ONG, et la marine israélienne impose aux pêcheurs une limite de 6 milles nautiques (11 km) au large des côtes.