La veuve du soldat en permission, qui a été poignardé à mort dans un supermarché jeudi dernier, a favorablement accueilli la décision de l’armée d’autoriser les soldats en permission à ramener leurs armes chez eux.

Mais Yael Weissman a affirmé qu’elle ne blâme pas l’armée pour la mort de son mari.

Tuvia Yanai Weissman, 21 ans, n’était pas armé au moment de l’attaque jeudi, car une directive de l’armée interdisait aux soldats en permission de plus de trois jours d’emmener leurs avec eux. Il avait tout de même demander la permission d’emmener son arme mais on ne lui avait pas accordé l’autorisation.

« Nous ne sommes pas en colère contre l’armée mais nous saluons le changement de politique sur le port d’armes en permission », a-t-elle déclaré au micro de la Deuxième chaîne.

Elle a ajouté qu’elle « remercie Dieu d’avoir une armée » qui « fait son travail » et « je leur fais confiance à 100 % ».

Lors de l’attaque, le couple – qui faisait leurs courses avec leur bébé – était loin des terroristes et son mari a accouru pour aider, a-t-elle expliqué.

« Yanai n’a pas réfléchi », a-t-elle indiqué. « Quand j’ai relevé la tête », a-t-elle ajouté, il était déjà parti.