JTA – Cela fait dix mois que le journaliste juif Steven Sotloff a été décapité par l’Etat islamique. Encore ébranlée par cette mort, sa ville natale de Pinecrest, en Floride – une localité chic de quelque 20 000 âmes, près de Miami – continue de trouver de nouvelles façons d’honorer sa mémoire.

L’échelle des hommages à Sotloff varie du niveau local à des programmes mondiaux.

« L’école juive du Temple Beth Am veut que vous sachiez que votre sacrifice ne sera pas oublié », a écrit Zachary Marcus, élève de CM2, dans une dédicace publiée dans l’annuaire de l’école.

« Ça a dû être trop terrible de mettre en mots ce que vous avez vécu jusqu’à votre mort. Vous avez plus de bravoure et de courage que quiconque que nous connaissons. Vous êtes un vrai super-héros, un véritable superman. »

Enfant, Sotloff avait étudié dans cette école juive libérale et sa mère, Shirley, y était une enseignante de maternelle (elle a pris sa retraite cette année).

« Elle m’a dit qu’elle était fière de ce que j’avais écrit », a dit Zachary à propos  de la mère de Sotloff.

« J’ai pris en considération qu’elle le verrait », a-t-il ajouté, en disant qu’il voulait à la fois transmettre ses condoléances à la famille de Sotloff ainsi que son admiration pour le jeune journaliste. (Remarque : le fils de l’auteur de ces lignes était un camarade de classe de Zachary.)

Zachary Marcus, qui étudie dans la même école juive de Floride que Steven Sotloff, a écrit dans l'annuaire de l'école que le journaliste assassiné était un «un véritable super-héros, un véritable superman» (Photo: Niki Marcus / via JTA)

Zachary Marcus, qui étudie dans la même école juive de Floride que Steven Sotloff, a écrit dans l’annuaire de l’école que le journaliste assassiné était un « un véritable super-héros, un véritable superman » (Photo: Niki Marcus / via JTA)

Après que la décapitation a été diffusée, le 2 septembre 2014, dans une vidéo de trois minutes – Sotloff a été assassiné à l’âge de 30 ans plus d’un an après avoir été kidnappé en Syrie – les médias se sont intéressés à Pinecrest et à la synagogue Beth Am qui compte 1 300 membres, à laquelle appartient la famille de Sotloff.

« C’était incroyablement difficile de trouver les mots pour expliquer cela, en tant qu’école, en tant que communauté et en tant que famille », a déclaré Nicole Marcus, la mère de Zachary, psychologue.

Le service commémoratif a eu lieu au temple Beth Am, deux jours après que la vidéo a été rendue publique. Les membres de la communauté et les élus, y compris le gouverneur de Floride Rick Scott et le sénateur américain Marco Rubio, ont rempli cette salle de 1 000 places.

La famille Marcus était là aussi – Zachary était l’un des rares élèves à y avoir assisté.

« Il était à un stade de maturité où il pouvait supporter », a estimé sa mère Nicole . « Il a été affecté par le puissant office commémoratif. Il a appris qui était Steven, ce que signifiait cette perte pour sa famille et la communauté. »

Le service a fait une forte impression sur Zachary, qui a estimé qu’il était important que son école se souvienne de Sotloff.

« Son histoire est celle de la résilience et de la persévérance »

Son histoire est celle de la résilience et de la persévérance, a déclaré Zachary.

Les hommages de Pinecrest à Sotloff vont au-delà de la synagogue. La maire, Cindy Lerner, une amie des Sotloff, veut créer un site commémoratif dans le Pinecrest Gardens, un parc municipal luxuriant avec plus de 1000 plantes exotiques, un zoo, des bâtiments historiques et une vaste programmation culturelle.

Lerner a dit qu’elle n’avait fait que « dessiné à peu près » les détails de ce à quoi le mémorial Sotloff va ressembler. Il comprendra trois petites cascades en ardoise et sera probablement entouré de broméliacées, de gingembre et de feuillage tropical mixte.

L’horticulteur du parc a fait des recommandations pour l’emplacement du mémorial, a confié la maire.

Le journaliste Steve Sotloff en Jordanie en 2009  (Crédit photo sur Facebook / Oren Kessler)

Le journaliste Steve Sotloff en Jordanie, en 2009 (Crédit photo sur Facebook / Oren Kessler)

Lerner a dit qu’il y aura aussi une petite plaque avec les dates de naissance et de décès de Sotloff, ainsi qu’une citation lue à son service commémoratif – tirée d’une lettre qu’il avait écrite à sa famille et qui avait été sortie clandestinement alors qu’il était en captivité : « Tout le monde a deux vies. La deuxième commence lorsque vous réalisez que vous n’en avez qu’une. »

Selon la maire, le mémorial devrait être achevé d’ici septembre, l’anniversaire de la mort de Sotloff.

« Tout le monde a deux vies. La deuxième commence lorsque vous réalisez que vous n’en avez qu’une »

En outre, la famille et les amis Sotloff ont créé la 2LIVES: Steven Joel Sotloff Memorial Foundation, dont le nom a été inspiré par la même citation. Son but est de fournir un soutien et une assistance aux journalistes et à leurs familles touchés par les réalités de reportages sur des zones de conflit ou des catastrophes.

La Fondation 2LIVES offrira également des bourses pour les étudiants qui ont la passion et les compétences nécessaires pour poursuivre une carrière dans le journalisme – en particulier ceux qui veulent raconter les histoires de personnes vivant dans des régions dangereuses du monde entier.

En outre, l’University of Central Florida (UCF) à Orlando, où Sotloff a étudié, a créé un fonds, avec ses parents, pour son Ecole Nicholson des communications. Le fonds de dotation à la mémoire de Steven Sotloff distribuera des bourses d’études à des étudiants de l’UCF qui se spécialisent dans le journalisme, et financera des colloques, des conférences et d’autres programmes pour faire progresser l’enseignement du journalisme.

Le père de Softloff n’a pas souhaité commenter ces développements.

Quant à Zachary Marcus, il voit Sotloff comme une source d’inspiration – il veut être un journaliste quand il sera grand.

Zachary a terminé la dédicace de l’annuaire avec ces mots : « L’école juive du temple Am représente l’Amérique en disant que nous vous remercions pour tout ce que vous avez fait… Même si votre décès est une tragédie, il nous a rendu plus forts et plus résistants que jamais. »

Zachary a declaré à JTA : « Je veux juste dire qu’ici, nous gardons en mémoire les histoires de Sotloff. C’est terrible ce qui lui est arrivé. La seule façon de surmonter est de se souvenir. »