Le psychiatre expert auprès des tribunaux Daniel Zagury a été chargé, selon Mr Alex Buchinger avocat de la famille de Sarah Halimi, de déterminer si Kobili Traoré peut être déclaré pénalement responsable.

Il est accusé de s’être introduit dans l’appartement de Sarah Halimi à Paris dans la nuit du 4 avril, de l’avoir torturée durant 45 minutes, et d’avoir défenestré la femme de 65 ans.

Alors que la justice attend son rapport afin de poursuivre ou non l’instruction de Traoré, Daniel Zagury expliquait à l’AFP, après la tentative d’attaque à la tour Eiffel par un homme hospitalisé d’office, qu’il est « rarissime » qu’un attentat s’explique exclusivement par l’état mental de son auteur mais il y a peu de jihadistes « bien dans leur peau».

Alors que la famille représentée par Me Buchinger rejette les justifications de Kobili Traoré expliquant que son geste n’était pas antisémite et qu’il était comme possédé aux moments des faits, Daniel Zagury, n’évoquant pas ce cas particulier, explique qu’à travers son expérience, « les malades mentaux qui commettent un acte de terrorisme exclusivement en rapport avec leurs maladies sont très, très rares – dans ce cas-là on parle d’abolition du discernement. »

Sarah Halimi (Crédit : autorisation de la Confédération des Juifs de France et des amis d’Israël)

Sarah Halimi (Crédit : autorisation de la Confédération des Juifs de France et des amis d’Israël)

Traoré a expliqué lors de son audition qu’il était au moment des faits « comme oppressé par une force extérieure, une force démoniaque ».

Parmi les profils les plus communs, « il y a une grande majorité de sujets instables, déséquilibrés, impulsifs, des ‘petits toxicos’, des voyous, des délinquants, explique-t-il. « Mais quelqu’un qui a des antécédents, qui est déséquilibré, n’est pas nécessairement irresponsable. »

Reste à savoir à quelle catégorie appartiendra Kobili Traoré pour l’expert des tribunaux.