Onze familles américaines victimes du terrorisme ont engagé une action juridique contre l’Autorité Palestinienne (AP) et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Une cour fédérale a décidé que l’action était légalement justifiée et par conséquence, un procès aurait lieu.

La cour de district du sud de New York a indiqué qu’il y avait suffisamment de preuves à présenter à un jury au sujet de l’implication de l’AP et de l’OLP dans les attaques terroristes qui ont eu lieu pendant la seconde Intifada, entre 2001 et 2004, qui ont tué ou blessé des citoyens américains.

Dans leur requête, les familles ont isolé 7 attaques, des explosions ou des tirs, pour lesquelles l’AP et l’OLP ont fourni du matériel et des ressources nécessaires aux terroristes pour mener les attaques. La cour a jugé que l’AP pourrait être tenue responsable pour le fait d’autrui pour au moins 6 attaques sur les 7 retenues au total.

Cette action a été engagée en vertu de la loi antiterroriste américaine, l’USA Patriot Act. Cette loi permet aux citoyens américains qui ont été victimes d’une attaque terroriste en dehors des Etats-Unis d’engager une action juridique devant les cours fédérales américaines.

A moins qu’ils ne trouvent un arrangement – ce qui est rare dans les actions engagées en vertu de la loi antiterroriste – le procès débutera en janvier 2015.

Shurat HaDin, un groupe juridique israélien qui représente les familles aux côtés d’une firme new yorkaise, a annoncé que ce procès sera une opportunité pour les victimes américaines du terrorisme de présenter des preuves de la culpabilité de l’AP dans les attaques qui ont tué plus de 1 000 civils israéliens.