Un activiste israélien connu pour défendre l’augmentation de la présence juive au mont du Temple est retourné mardi sur le lieu saint explosif pour la première fois depuis qu’il avait été la cible d’une tentative d’assassinat en 2014.

Yehudah Glick, qui soutient le droit des juifs à prier sur le lieu saint, a fait un tour de l’esplanade avec sa femme et avocate, et était entouré par la police, qui n’était pas informée à l’avance de sa visite, selon la Deuxième chaîne.

La semaine dernière, un tribunal l’a innocenté des accusations selon lesquelles il aurait poussé une femme arabe qui s’est ensuite cassée le bras. La cour a annulé un ordre l’éloignant du mont du Temple.

Glick a été sérieusement blessé par balle en octobre 2014 en quittant un évènement à Jérusalem où il avait prononcé un discours sur l’autorisation des prières juives sur le mont du Temple. L’homme armé s’était approché du rabbin, et lui avait dit « Yehudah, je suis désolé, mais ce que vous dites me blesse » avant de lui tirer dessus. L’attaquant avait ensuite été tué par la police au cours d’un échange de tirs.

Les juifs peuvent actuellement visiter le mont du Temple mais n’ont pas le droit d’y prier, pour des raisons de politique et de sécurité.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé à maintes reprises ces derniers mois qu’il ne souhaitait pas modifier cet accord – le statu quo – qui est en place depuis que les troupes israéliennes ont pris la Vieille Ville de Jérusalem pendant la guerre des Six Jours en 1967.

« Israël continuera à appliquer sa politique de longue date : les musulmans prient sur le mont du Temple, les non musulmans visitent le mont du Temple, » a déclaré Netanyahu le 24 octobre dernier, quand des violences de rue ont éclaté après des rumeurs qu’Israël comptait autoriser les prières juives sur le site.

Le complexe, qui a accueilli les deux Temples juifs, est considéré comme le site le plus saint du judaïsme. Il est également vénéré par les musulmans, qui s’y réfèrent comme Haram al-Sharif et pensent que c’est le lieu d’où le prophète Mahomet est monté aux cieux.

Glick, qui a grandi à Brooklyn et a immigré en Israël avec sa famille quand il avait huit ans, dirige la fondation de l’héritage du mont du Temple et est le prochain sur la liste du Likud à pouvoir rejoindre la Knesset.

Dissident à droite, il soutient un partenariat avec les religieux musulmans pour transformer le mont du Temple en un lieu de prières pour tous.