Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré l’ambassadeur américain sortant en Israël Dan Shapiro jeudi, en amont de la prise de fonction, vendredi, du président élu Donald Trump à la Maison Blanche.

Dans un communiqué laconique émis par son bureau, Netanyahu indique qu’il a “remercié Shapiro pour des années de travail conjoint et pour sa contribution à l’alliance stratégique et d’importance entre les Etats Unis et Israël”.

En réponse à un tweet posté jeudi sur le compte “Premier ministre” de Netanyahu, affichant une photo de la rencontre entre les deux hommes, Shapiro a écrit : Merci, monsieur le Premier ministre. Cela a été un honneur de travailler à l’avancée des partenariats entre les Etats Unis et Israël.”

Les deux hommes s’étaient vus pour la dernière fois dans des circonstances plus tendues, le mois dernier.

Netanyahu avait ainsi convoqué Shapiro – et d’autres ambassadeurs en Israël – pour une réprimande en tête à tête suite à l’adoption d’une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU condamnant les implantations israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem Est, résolution dont les Etats Unis avaient permis le passage en choisissant de ne pas y opposer leur véto. Cette initiative avait suscité la colère en Israël, qui avait alors accusé Washington d’avoir orchestré et favorisé l’avancée de la résolution, une accusation démentie par la Maison Blanche.

Le président Barack Obama et le secrétaire d’Etat John Kerry qui, plusieurs jours après le vote de l’ONU avait prononcé un discours soulignant sa vision d’une solution à deux états, ont chacun défendu le travail mené par leur administration concernant Israël et maintenu que leurs actions n’ont été motivées que par leur amitié envers l’état juif.

L’administration sortante a également affirmé qu’elle avait fait davantage en faveur de l’état juif que les gouvernements précédents.

Dans une interview accordée la semaine dernière à CNN, Kerry a expliqué que les Etats Unis tentaient de “s’exprimer en tant que meilleur ami, franc et solide, d’Israël et nous avons fait plus pour ce gouvernement et plus pour Israël que n’importe quelle autre administration.”

Il a souligné l’accord sans précédent d’aide militaire de 38 milliards de dollars souscrit avec Israël l’année dernière et l’implication de Washington dans le développement et le financement des programmes de missiles israéliens.

Mardi, Shapiro a été accueilli séparément par le président Reuven Rivlin et le Lobby des Relations Etats Unis-Israël de la Knesset pour participer à de chaleureux événements d’adieux.

Accueilli à la résidence du Président, Shapiro s’est vu remettre une lettre pour Obama, le remerciant pour son soutien à la défense israélienne tout en reconnaissant l’existence de “divergences d’opinion occasionnelles” entre les deux alliés.

L'ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro rencontre le Président Reuven Rivlin le 17 janvier 2017 (Crédit : Mark Neiman/GPO)

L’ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro rencontre le Président Reuven Rivlin le 17 janvier 2017 (Crédit : Mark Neiman/GPO)

Dans ce courrier, Rivlin a remercié Obama “pour l’inquiétude continue que vous avez témoignée au cours des huit dernières années pour la sûreté d’Israël et pour notre capacité à porter le fardeau de la sécurité. Vous vous êtes assurés que nous pourrions toujours avoir la certitude que nos besoins dans cette région étaient la priorité de votre administration”.

Il a écrit : “Alors que, de temps en temps, nous avons pu avoir des divergences d’opinion, vous vous êtes toujours fortement dressé pour défendre les valeurs partagées par nos deux peuples et par nos deux pays.

https://twitter.com/RaphaelAhren/status/821364545759432704/photo/1

Selon une déclaration du bureau de Rivlin, Shapiro a, à son tour, transmis au président israélien l’expression de sa “profonde gratitude [à votre égard] pour votre esprit de leadership, pour votre amitié, pour les conseils et les soutiens que vous m’avez personnellement apportés ».

« Et vous nous avez permis, au président Obama comme à toute notre administration, de travailler auprès du gouvernement israélien en rendant notre relation aussi forte que ce qu’elle pouvait être potentiellement”.

Au cours de l’évènement organisé à la Knesset pendant l’après-midi, le président du Parlement Yuli Edelstein a salué Shapiro, soulignant qu’il avait été un “pilier” dans les relations fréquemment agitées entre Washington et Jérusalem.

L'ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro et le Président de la Knesset Yuli Edelstein le 17 janvier 2017 (Crédit : service de communication de la Knesset /Yitzhak Harari)

L’ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro et le Président de la Knesset Yuli Edelstein le 17 janvier 2017 (Crédit : service de communication de la Knesset /Yitzhak Harari)

“Dans la relation entre les pays et dans la politique, rien n’est jamais blanc ou noir. Il y a des périodes meilleures et il y aussi de moins bons moments”, a déclaré Edelstein.

« Nous pourrions peindre un excellent portrait des accords consacrés à l’aide, aux avions, au secteur militaire mais nous pourrions également évoquer des rencontres qui ont été moins concluantes ».

« Mais nous sommes nombreux ici, indépendamment de notre place sur l’échiquier politique, à avoir senti que vous étiez un pilier, une îlot de stabilité ».

Shapiro a déclaré aux législateurs israéliens que l’Histoire retiendra que “les liens entre Washington et Israël sont devenus plus forts ces dernières années [de coopération entre l’administration Obama et le gouvernement israélien] », selon la radio israélienne.

Les désaccords entre des pays aussi proches que le sont Israël et les Etats Unis sont “naturels”, aurait-il dit.

Le président américain Barack Obama (C) parle au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (d) alors qu'il est assis à côté du président israélien Reuven Rivlin (g) lors des funérailles de l'ancien président israélien Shimon Peres le 30 septembre, 2016, au cimetière du mont Herzl à Jérusalem . (Crédit : AFP / Ronen Zvulun)

Le président américain Barack Obama (C) parle au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (d) alors qu’il est assis à côté du président israélien Reuven Rivlin (g) lors des funérailles de l’ancien président israélien Shimon Peres le 30 septembre, 2016, au cimetière du mont Herzl à Jérusalem . (Crédit : AFP / Ronen Zvulun)