L’ado juif qui a créé des clubs sportifs pour enfants handicapés
Rechercher

L’ado juif qui a créé des clubs sportifs pour enfants handicapés

Les centres de Zach Certner apportent aux enfants beaucoup plus que des compétences sportives

Des enfants handicapés et leurs mentors faisant du kayak au Camp Ramah Wisconsin du mouvement masorti. (Photo illustrative - Autorisation : Commission nationale de Ramah / JTA)
Des enfants handicapés et leurs mentors faisant du kayak au Camp Ramah Wisconsin du mouvement masorti. (Photo illustrative - Autorisation : Commission nationale de Ramah / JTA)

JTA – Zach Certner avait neuf ans quand il décela le désespoir d’un ami de sa famille qui avait été exclu des activités sportives qui lui plaisaient tant.

Mikey avait une déficience intellectuelle, se souvient Certner, « et je vis les souffrances qu’il éprouvait en ne faisant pas ce que nous pouvions faire ou en ne jouant pas dans les mêmes équipes ».

Certner et son frère aîné, Matt, ont alors décidé d’organiser dans leur ville natale de Morristown, dans le New Jersey, des cliniques bimensuelles de football, de basket-ball et de baseball pour les enfants ayant des besoins spéciaux, en associant des mentors aux enfants.

« Nous voulions donner aux enfants comme [Mikey] une chance d’être des enfants », explique Certner, qui a maintenant 19 ans.

Ce qui a commencé en 2006 par un groupe de 10 enfants avec des besoins particuliers et 15 mentors est devenu l’organisation à but non lucratif SNAP (pour Special Needs Athletics Programs).

L’organisation gère des cliniques de sport, de yoga, d’art, de musique, et de taekwondo fonctionnant cinq soirs par semaine pour 150 enfants aux besoins particuliers avec 450 tuteurs dans plusieurs villes du New Jersey.

SNAP apporte aux enfants bien plus que de simples compétences sportives, affirme Certner.

« [Ils] acquièrent de la confiance, sont en mesure de réussir, se font des amis et se sentent vraiment à l’aise avec ce qu’ils sont. C’est très puissant pour tous ceux qui sont impliqués. »

Zach Certner: "En voyant les sourires sur les visages des enfants quand vous leur donnez ce trophée à la fin de l'année me garde motivé". (Autorisation: Zach Certner / JTA)
Zach Certner: « Voir les sourires sur les visages des enfants quand je leur donne ce trophée à la fin de l’année me maintient motivé. » (Autorisation: Zach Certner / JTA)

Actuellement étudiant de première année en informatique à l’université Duke, Certner a reçu en 2014 le prix Diller Teen Tikkun Olam pour son travail avec SNAP.

Il a enseigné récemment la sensibilisation aux besoins spéciaux et la formation à la sensibilité à des étudiants dans des écoles de huit États. Certner développe également un cours en ligne pour former des tuteurs pour adolescents.

« Voir les sourires sur les visages des enfants quand je leur donne ce trophée à la fin de l’année me garde motivé. Savoir que nous changeons les choses me fait me sentir bien dans ce que nous faisons. »

Certner a évoqué pour le JTA les qualités qu’il pense être importantes chez le héros, l’éducateur inspiré qu’il aimerait rencontrer et ses conseils à d’autres adolescents qui souhaitent créer un programme de service communautaire.

Quelles sont les qualités importantes d’un héros ?

Je pense que la chose la plus importante est la volonté de faire une différence, grande ou petite, la volonté d’aider.

Qui est votre héros ?

Ma mère. Elle a toujours été là pour moi et m’a toujours soutenu. Elle m’a inculqué le désir de donner aux autres dès mon plus jeune âge. Je ne pourrai jamais la remercier assez pour cela. Cela a été une partie intégrante de ma vie.

Pouvez-vous partager avec nous une expérience juive significative que vous avez eue ?

Il y a 25 enfants qui [ont commencé à travailler] à SNAP dans le cadre d’un projet avant leur bar-mitzvah, mais qui n’ont pas arrêté. C’est vraiment cool de voir un programme qui incite les enfants à donner en retour, même lorsqu’ils n’y sont pas obligés.

Si vous pouviez déjeuner ou boire un café avec quelqu’un et lui parler de SNAP, qui serait-ce ?

Probablement Temple Grandin [une défenseuse des droits des animaux et des personnes atteintes d’autisme]. Elle m’inspire vraiment. Je voudrais parler avec elle de SNAP et entendre ses expériences de vie. Je pense que ce serait une grande expérience pour nous deux.

Quel genre de choses aimez-vous faire pour vous amuser ?

Je suis très bon en basket-ball. Et en golf. Je sors avec mes amis et vais voir des films.

Quels conseils donneriez-vous aux autres adolescents intéressés à démarrer un programme de service communautaire ?

Foncez ! Demandez aux gens de l’aide et n’ayez pas peur d’être mal à l’aise. Peu importe qu’il soit grand ou petit, si [votre programme] fait une différence dans la vie même d’une seule personne, vous devez le faire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...