Les Palestiniens risquent de compromettre les millions de dollars d’aide américaine s’ils poursuivent leur projet d’un gouvernement d’union avec le Hamas, ont averti mardi des élus et responsables américains.

« Il n’y aura pas d’argent public américain versé à un gouvernement dans lequel figure le Hamas, tant que le Hamas ne respectera pas les conditions du Quartet. Et cela sous-entend, le rejet de la violence, le respect des accords précédents et la reconnaissance de l’Etat d’Israël », a affirmé la secrétaire d’Etat adjointe au Proche-Orient Anne Patterson lors d’une audition devant la Chambre des représentants.

Après des années de rivalités, un accord palestinien de réconciliation a été signé le 23 avril à Gaza entre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et le Hamas islamiste. Celui-ci prévoit la formation d’un gouvernement de « consensus national » et la tenue d’élections à la fin de l’année.

Dès l’annonce de cet accord surprise, Israël a suspendu les négociations en vue d’un accord de paix que les Etats-Unis portent à bout de bras depuis des mois et dont l’échéance a expiré mardi sans résultats.

« Soyons clairs : aucun gouvernement palestinien où figurera des membres terroristes du Hamas ne recevra des fonds américains », a renchéri le représentant Ted Deutch lors de cette audition consacrée au budget 2015 pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

La représentante républicaine Ileana Ros-Lehtinen a affirmé que l’accord entre l’OLP et le Hamas aurait des « conséquences majeures » sur le prochain budget américain.

L’administration Obama demandait le déblocage de « plus de 440 millions de dollars d’aide directe pour le gouvernement palestinien, la Cisjordanie et Gaza », a-t-elle dit.

Mais la loi américaine précise qu’aucune aide américaine ne peut être envoyée à un gouvernement palestinien qui comprend des membres du groupe terroriste Hamas, a-t-elle argué.

Les Etats-Unis ont intégré le Hamas sur leur liste d’organisations terroristes en 1993.