WASHINGTON – Dans un communiqué presque inédit, qui ne mentionnait ni Israël ni le Moyen Orient, l’American Israel Public Affairs Committee a implicitement reproché au président américain Donald Trump son équivalence entre les camps opposés dans l’affrontement de Charlottesville.

« L’AIPAC partage l’indignation et la préoccupation de ses compatriotes américains quant à l’inexcusable violence et l’écœurante démonstration de racisme et d’antisémitisme ce week-end à Charlottesville », a déclaré l’éminent lobby pro-Israël dans un communiqué publié sur Twitter.

« La haine exprimée par les néo-nazis, le KKK et les suprématistes blancs doit être catégoriquement et unilatéralement rejetée. Nous appelons tous les élus à rejeter l’équivalence morale faite entre ceux qui revendiquent la haine et ceux qui s’y opposent. Dans notre pays, nous ne devons faire aucune place au sectarisme. »

L’AIPAC s’est associée aux groupes religieux – tous courants confondus – qui ont diffusé des déclarations similaires après que Trump a lourdement réitéré, dans une conférence de presse mardi, que les deux camps étaient à blâmer dans la violence meurtrière de samedi qui a entouré la marche des membres de l’extrême droite, et qu’il y avait « des gens bien » dans les deux camps.

Il avait, peu avant, apparemment sous la pression, condamné les néo-nazis, le Ku Klux Klan et les suprématistes blancs.

L’AIPAC s’exprime rarement sur des sujets qui n’ont pas trait à Israël, et ne publie quasiment jamais de communiqués qui ne visent pas, au moins, le Moyen Orient.

Dans un autre geste exceptionnel, les dirigeants de l’AIPAC avaient fustigé, en 2016, Trump, alors candidat, pour avoir attaqué un président en exercice, Barack Obama, durant sa conférence annuelle.

Près de 500 personnes se sont associés au mouvement d’extrême droite à Charlottesville, en Virginie, le week-end dernier, pour protester contre le déboulonnement de la statue du général confédéré Robert E. Lee. Certains brandissaient des drapeaux nazis, scandaient des slogans nazis, antisémites et racistes, sans que personne n’objecte. Certains manifestants étaient armés, d’autres étaient en uniforme.

Un grand nombre de contre-manifestants était également présent, et il y a eu des affrontements physiques. Le week-end a pris une tournure meurtrière quand une voiture, conduite par un sympathisant d’extrême droite, a foncé dans une foule de contre-manifestants, tuant Heather Heyer, 32 ans, et blessant une vingtaine de personnes.