L’ambassadeur de l’Allemagne aux Pays-Bas devrait participer à une cérémonie de commémoration dans un cimetière où de nombreux soldats SS sont enterrés.

L’Ambassadeur, Franz Josef Kremp, devrait assister à la cérémonie le 16 novembre au cimetière d’Ysselsteyn qui se situe près d’Eidhoven dans l’est des Pays-Bas. Ce cimetière est dédié aux victimes de la Seconde Guerre Mondiale. L’ambassadeur, selon le quotidien hollandais De Telegraaf, est conscient que des soldats SS sont enterrés dans ce cimetière.

Herman Loonstein est le fondateur du Federative Jewish Netherlands [Fédération juive de Hollande]. Il milite aussi contre les cérémonies de commémoration en l’honneur des nazis et des soldats qui ont combattu pour l’Allemagne. Ces cérémonies ont principalement lieu aux Pays-Bas.

« Je pense que c’est [la présence de l’ambassadeur] un affront. M. Kremp ne devrait pas présenter les soldats SS comme des victimes. Ce sont les Juifs qui étaient les victimes », s’insurge-t-il dans le quotidien.

De Telegraaf précise que ses journalistes ont obtenu une lettre manuscrite écrite par Kremp qui aborde le sujet du cimetière d’Ysselsteyn – où les néonazis ce sont déjà rassemblés pour commémorer les soldats nazis enterrés sur place – dans laquelle il déclare : « Parmi les morts qui reposent ici, il y a les victimes de guerre allemande et hollandaise, dont les Waffen SS ». L’article ne précise à qui la lettre s’adresse et dans quel contexte ces propos ont été tenus.

La Waffen SS était l’unité d’élite nazie responsable du meurtre d’innombrables Juifs pendant la Shoah.

La Hollande, qui a été le terrain de nombreuses batailles entre les soldats nazis et les Alliés, possède beaucoup de cimetières où les combattants des deux camps sont enterrés.

Ces dernières années, les groupes juifs comme celui de Loonstein élèvent leur voix contre cette tendance à commémorer aussi bien les morts des Alliés, les victimes de la Shoah mais aussi les soldats allemands. Les organisateurs de ce genre d’évènements se justifient en affirmant qu’ils souhaitent tout simplement promouvoir la réconciliation.

Le Center for Information and Documentation on Israel [Centre pour l’information et la documentation pour Israël], l’institut de veille de la communauté juive, a aussi critiqué cette pratique. Il met en garde contre le fait que ce genre d’événements brouille les frontières entre les victimes et les auteurs des crimes contre l’humanité.