Un nouveau groupe de réflexion sur la sécurité a été lancé lundi à Jérusalem pour tenter d’injecter une dose de pensée « réaliste » dans le débat public israélien.

L’Institut de Jérusalem pour les études stratégiques est fondé et composé principalement de savants et d’anciens fonctionnaires qui appartenaient jusqu’à présent à un autre groupe de réflexion de droite – le Centre Begin-Sadat de l’Université Bar-Ilan pour les études stratégiques (BESA). Ce groupe inclut : Efraim Inbar, David Weinberg, Yaakov Amidror, Eran Lerman, Hillel Frisch et d’autres.

« Les recherches sont axées sur les politiques, activités de conférences éducatives, programmes de sensibilisation au gouvernement, armée, universités, médias et public. L’institut exprime une vision stratégique conservatrice du monde », selon un communiqué annonçant la création du nouvel institut.

« Les principes qui sous-tendent l’activité de l’institut incluent : le lien historique du peuple juif avec la terre d’Israël en tant que composante centrale de la vision stratégique du monde; l’importance de la sécurité dans les accords diplomatiques; le rejet des mesures israéliennes unilatérales qui renforcent les adversaires; l’importance de la coopération stratégique avec des alliés partageant les mêmes idées; l’impératif qu’Israël puisse se défendre dans toutes les éventualités; et, de manière critique, l’importance de Jérusalem unie pour la sécurité et le destin d’Israël. »

JISS veut faire avancer « un discours diplomatique et de défense réaliste », indique le communiqué de presse.

Contrairement au Centre des Affaires Publiques de Dore Gold à Jérusalem, JISS veut se concentrer moins sur le public international mais cherche à influencer le discours national d’Israël.

« Jusqu’à présent, les secteurs israéliens de centre-droit et conservateurs n’ont pas créé une infrastructure intellectuelle sérieuse qui pourrait renforcer et conduire le courant dominant dans la pensée sécuritaire. L’Institut d’études stratégiques de Jérusalem cherche à remédier à cette situation », a déclaré le professeur Efraim Inbar, le président du nouveau groupe de réflexion.

« En fait, l’institut va renforcer les instincts du public israélien, qui, selon notre nouvelle enquête d’opinion, a des tendances conservatrices. »

Dans son année inaugurale, JISS cherche à avoir un budget d’environ 1,5 million de dollars, soit un peu plus que BESA mais beaucoup moins que l’Institut d’études de sécurité nationale de l’Université de Tel Aviv (INSS), selon David Weinberg, vice-président du nouvel institut.

« L’institut recherche activement des fonds et va grandir en conséquence », a-t-il déclaré au Times of Israel. Actuellement, JISS est financé par le Fonds Tikvah et « un groupe choisi d’hommes d’affaires de Jérusalem », a-t-il ajouté. Greg Rosshandler de Melbourne est « un donateur fondateur majeur », qui a parrainé lundi la conférence d’ouverture du nouveau groupe de réflexion au Menachem Begin Heritage Centre de Jérusalem.

Consacrée aux « défis de Jérusalem-Unie », la conférence a démarré de manière maladroite, lorsqu’un homme en colère hurlant des questions a interpellé le premier orateur, le ministre des Affaires de Jérusalem, Zeev Elkin.

Avant qu’Elkin puisse commencer son discours, l’homme a crié haut et fort des slogans contre les ventes d’armes présumées d’Israël au Soudan du Sud et au Myanmar, soulignant que le gouvernement n’avait rien appris de l’Holocauste.

Il a fallu plusieurs longues minutes aux gardes de sécurité pour transporter l’homme hors de l’auditorium, au cours de laquelle il a continué sans relâche à crier sur Elkin.

« Je dois vous dire que je suis heureux d’être ministre dans un pays où n’importe quel homme peut protester contre un ministre, alors acceptons son initiative », a déclaré Elkin sous les applaudissements de l’assistance.

Parmi les autres orateurs figuraient le maire de Jérusalem, Nir Barkat, le chef du district de police de Jérusalem, Yoram Halevy, et plusieurs chercheurs du personnel du nouvel institut, comme Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale et Lerman, et Hillel Frisch, qui ont tous quitté BESA pour rejoindre JISS.