Yaakov Neeman, qui a été deux fois ministre de la Justice et une fois ministre des Finances, est mort dimanche à l’âge de 77 ans.

La cause du décès de Neeman, un avocat qui a passé des décennies en politique, n’a pas été donnée.

Il est mort dans sa maison de Jérusalem.

Neeman était né à Tel Aviv en 1939. En 1972, il avait ouvert le cabinet juridique Herzog, Fox et Neeman avec le futur président Chaim Herzog.

Neeman a été directeur du ministère des Finances de 1979 à 1981. En 1996, il a été nommé ministre de la Justice par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, même s’il n’était pas député.

Neeman avait dû démissionner deux mois plus tard, quand il avait été accusé d’avoir tenté de convaincre un témoin de se parjurer dans le procès du député Aryeh Deri. Il avait finalement été innocenté.

Neeman était revenu au gouvernement de Netanyahu, et avait été ministre des Finances de 1997 à 1998, quand il avait démissionné en citant le manque de soutien de Netanyahu.

Après avoir quitté le gouvernement, Neeman était revenu à son métier d’avocat.

Justice Minister Yaakov Neeman (R) stands next to State Comptroller Micha Lindenstrauss and Attorney General, Yehuda Weinstein (photo credit: Yossi Zamir/Flash 90)

Yaakov Neeman, à droite, alors ministre de la Justice, avec le contrôleur de l’Etat Micha Lindenstrauss et le procureur général Yehuda Weinstein, en février 2012. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

En 2009, quand Netanyahu avait à nouveau été Premier ministre, Neeman a été nommé ministre de la Justice pour la deuxième fois, et était resté à ce poste jusqu’en 2013, quand il avait été remplacé par Tzipi Livni.

Netanyahu a rendu hommage à Neeman, l’un des meilleurs juristes du pays, « avec son intelligence brillante et son cœur juif chaleureux ». Le Premier ministre l’a décrit comme un homme qui recherchait toujours le compromis et la discussion.

Le chef de l’opposition Isaac Herzog, qui a travaillé dans le cabinet juridique de son père aux côtés de Neeman, a déclaré qu’il était « un enseignant et un ami proche depuis des décennies. Un homme au grand cœur et à l’esprit ouvert. »

Le président Reuven Rivlin a déclaré avoir parlé la semaine dernière avec Neeman pour lui demander des conseils. Il l’a décrit comme « un juriste expert. Mais au-delà du domaine du droit, il était constamment impliqué dans le travail communautaire. »

D’autres responsables ont rendu hommage à Neeman, qui était religieux, pour son engagement envers la vie juive et comme un homme qui était un négociateur honnête dans ses postes officiels.

Yuli Edelstein, le président de la Knesset, a décrit Neeman comme « une figure unique dans notre vie publique, béni par le talent et l’amabilité, qui croyait en son héritage et en son peuple de tout son cœur. »

Livni a déclaré sur Twitter qu’il était « un spécialiste de la Torah qui savait comment faire la paix entre les peuples, trouver un compromis entre les points de vue et toujours donner le bon conseil. »

La ministre de la Justice Ayelet Shaked a déclaré qu’il était « exceptionnel, avec la capacité de combiner la Torah et l’action. Il était toujours prêt à servir l’Etat […]. Il était un avocat brillant, conservateur dans ses opinions, qui a posé les fondations de beaucoup des initiatives que nous promouvons aujourd’hui. »

Neeman laisse derrière lui sa femme et six enfants.