L’AP abandonnerait ses poursuites si les implantations étaient gelées
Rechercher

L’AP abandonnerait ses poursuites si les implantations étaient gelées

Un haut responsable palestinien menace de suspendre la coopération sécuritaire si Israël ne transférait pas les fonds

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

La Cour pénale internationale (Crédit : Alkan de Beaumont Chaglar, Flickr)
La Cour pénale internationale (Crédit : Alkan de Beaumont Chaglar, Flickr)

Un haut responsable palestinien a déclaré dimanche que le premier sujet qui serait abordé devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye dans la campagne judiciaire de l’Autorité palestinienne contre Israël serait la construction dans les implantations.

Le responsable a déclaré au Times of Israel que les saisies de terres dans les Territoires occupés constituent une violation flagrante du droit international.

Pourtant, il pointe que l’appel à la CPI serait retiré si Israël gelait la construction d’implantations, ajoutant que l’AP avait transmis à Israël un message officiel à cet effet, via la Jordanie et l’Egypte.

L’homme, un confident du président de l’AP Mahmoud Abbas, a également menacé que la coordination sécuritaire avec Israël serait réduite si Jérusalem ne transférait pas l’argent des taxes palestiniennes retenu à la source comme une mesure punitive à la candidature de l’AP à la CPI.

« En premier lieu, nous mettrons fin à nos procédures d’arrestations », a-t-il dit. « Nous n’arrêterons que ceux que nous décidons d’arrêter. »

En vertu des arrangements sécuritaires actuels, les forces de sécurité palestiniennes arrêtent également des suspects liés au terrorisme sur la base de renseignements reçus par Israël.

Le responsable a révélé que l’Autorité palestinienne avait mis en place un comité judiciaire spécial chargé d’examiner la question du recours à La Haye avant la date où la Palestine rejoindra officiellement l’institution – le 1er avril 2015.

« Nous examinerons les répercussions judiciaires d’un recours [à la CPI] contre Israël, » dit-il.

Le responsable a également déclaré que l’Autorité palestinienne avait demandé à la Cour une garantie que les pétitions palestiniennes à la CPI ne seraient acceptées si elles étaient faites par la délégation palestinienne à La Haye. Cela pour empêcher des pétitions d’entités non officielles palestiniennes.

Vendredi, la procureure de la CPI a ouvert une enquête initiale pour déterminer si des crimes de guerre ont été commis contre les Palestiniens, y compris pendant le conflit de Gaza l’an dernier.

« Aujourd’hui, la procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda a ouvert un examen préliminaire de la situation en Palestine », a déclaré son bureau dans un communiqué, ajoutant que celui-ci peut mener à une enquête à part entière.

Sa décision intervient après la demande des Palestiniens de formellement adhérer à la CPI plus tôt ce mois-ci, ce qui leur permettrait de déposer des plaintes de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité contre Israël à partir d’avril 2014.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...