L’Autorité palestinienne a demandé à Israël d’ouvrir un nouveau terminal pour transférer les biens d’Israël à Gaza, indique une source haut gradée palestinienne au Times of Israel.

Les besoins de Gaza en matériels de construction suite à la guerre de cet été entre Israël et le Hamas sont trop importants et trop urgents pour dépendre uniquement du passage de Kerem Shalom, précise la source.

Le passage existant ne peut permettre qu’à 450 camions de passer par jour. Israël a accepté d’élargir le passage pour permettre la circulation de 700 camions mais l’AP réclame l’ouverture d’un deuxième point de passage pour permettre d’augmenter la capacité d’importation de Gaza.

Le nouveau passage pourrait se situer soit au passage de Sufa, qui est fermé pour le moment, soit dans l’ancienne zone industrielle d’Erez à la frontière israélo-gazaouie. Cette zone abritait en des temps plus calmes des commerces israélo-gazaouis et n’est pas équipée pour permettre le contrôle et la circulation de larges véhicules, mais elle sert de point de passage pour les personnes.

Israël n’a pas encore répondu à la demande des Palestiniens, indique la source.

Les fonctionnaires palestiniens indiquent que l’ONU a presque fini de mettre en place les préparations pour établir un mécanisme de contrôle pour les matériaux de construction à Gaza. Ce mécanisme permettra d’employer des centaines de travailleurs locaux et étrangers et permettra à l’ONU d’employer des compagnies étrangères pour les aider à superviser la reconstruction.

L’Autorité palestinienne a préparé une liste d’une dizaine de marchands qualifiés pour recevoir les matériaux. Des caméras ont été installées dans leurs locaux pour que l’on puisse suivre étroitement les matériaux et ceux qui les achètent.

Cette demande d’ouverture d’un nouveau passage survient au moment où Israël et l’Egypte ont tous deux fermé leurs frontières avec la bande de Gaza ces derniers jours, en réponse au tir de roquette qui a atteint Israël et à l’attentat-suicide contre les troupes égyptiennes au Sinaï qui a coûté la vie à 31 soldats la semaine dernière. L’Egypte affirme que cette attaque est liée aux dirigeants de Gaza, les responsables du Hamas.