Un jury populaire new-yorkais a ordonné lundi à l’Autorité palestinienne et à l’OLP de payer 218 millions de dollars de dommages et intérêts à des victimes américaines d’attentats commis en Israël entre 2001 et 2004.

Après un jour de délibérations, les jurés ont estimé que l’Autorité palestinienne et l’Organisation de libération de la Palestine étaient coupables de 25 chefs d’accusation, en liaison avec six attentats commis entre 2001 et 2004 en Israël, qui avaient fait 33 morts et 390 blessés.

L’Autorité palestinienne a annoncé lundi son intention de faire appel.

« Les charges retenues contre nous n’ont aucun fondement. De plus, le tribunal de New York ignore les précédents jugements rendus par d’autres tribunaux américains (…) Nous ferons appel et nous savons que nous gagnerons », a affirmé un communiqué du gouvernement de l’Autorité palestinienne à son siège à Ramallah en Cisjordanie.

« Cette décision n’est que la dernière tentative en date des radicaux anti-paix en Israël d’utiliser le système légal américain pour faire avancer leurs objectifs politiques et idéologiques étriqués », accuse le communiqué du gouvernement palestinien qui évoque notamment le gel des taxes qu’Israël est tenu de reverser à l’Autorité palestinienne chaque mois mais qu’il bloque depuis début janvier en rétorsion à l’adhésion des Palestiniens à la Cour pénale internationale (CPI).

Israël a qualifié lundi de « victoire morale » la décision du jury.

« Cette décision constitue avant tout une victoire morale pour l’Etat d’Israël et pour les victimes du terrorisme », a affirmé le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, après la décision du jury, qui porte sur six attentats, qui avaient fait 33 morts et 390 blessés.

« La décision du jury américain confirme l’opinion de ceux qui savent ce qui s’est passé au début des années 2000, mais que beaucoup dans le monde n’ont pas voulu reconnaître par hypocrisie, en raison d’intérêts bien compris ou pas antisémitisme », a-t-il ajouté.

« Le terrorisme est une partie intégrante de la structure même de l’Autorité palestinienne », a-t-il encore accusé.

Onze familles de victimes américaines avaient saisi la justice, cherchant à obtenir des milliards de dollars de réparations devant le tribunal fédéral de Manhattan.

Les membres du jury ont estimé à l’unanimité que l’Autorité palestinienne et l’OLP étaient responsables, en liaison avec 25 chefs d’accusations liés à ces attentats.

Ils ont octroyé de 1 à 25 millions de dollars à chaque Américain blessé ou ayant perdu un membre de sa famille dans ces attentats.

C’est moins que le milliard de dollars qu’espéraient les avocats des 11 familles qui avaient porté l’affaire au civil devant le tribunal fédéral de New York.

L’un d’eux s’est cependant déclaré satisfait. « C’est un grand jour pour notre pays, c’est un grand jour pour ceux qui luttent contre le terrorisme, nous sommes si fiers de nos familles qui ont résisté », a déclaré l’avocat Kent Yalowitz après le verdict. « Nous sommes impressionnés par le sérieux avec lequel le jury a pris sa tâche », a-t-il ajouté.

L’Autorité et l’OLP répondaient de six attentats revendiqués par les terroristes du Hamas, l’un des deux seuls partis palestiniens à ne pas appartenir à l’OLP, et par les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, la branche armée du Fatah du président Mahmoud Abbas et principale force au sein de l’OLP.

« Ce n’est pas une bonne chose de tenir le gouvernement pour responsable quand certaines personnes font des choses folles et terribles », avait déclaré l’avocat de la défense Mark Rochon.

« Il n’y a pas de preuve concluante que les dirigeants de l’Autorité palestinienne ou de l’OLP aient été impliqués dans la préparation de certains actes de violence spécifiques ou qu’ils les aient approuvés », avait-il ajouté.

Les assaillants ont tué des gens « pour leurs propres raisons », avait-il encore noté, regrettant des « témoignages exagérés » des plaignants, effectués « au détriment de l’Autorité palestinienne » sur la base d’éléments recueillis par les agences de renseignement israéliennes.