L’Autorité palestinienne et les Nations unies ont lancé mardi un appel pour récolter 427 millions d’euros pour l’aide humanitaire d’urgence aux civils touchés par le conflit dévastateur à Gaza, avant une conférence internationale de donateurs en octobre.

L’enclave côtière, où 1,8 million de Palestiniens s’entassent entre l’Egypte, Israël et la Méditerranée, a été ravagée, du 8 juillet au 26 août, par sa troisième guerre en six ans.

Le conflit entre les troupes israéliennes et les combattants palestiniens a tué plus de 2 140 Gazaouis et détruit des milliers de maisons, fortement endommagé l’unique centrale électrique et réduit en cendres des dizaines d’usines.

Evoquant des destructions « sans précédent » à Gaza, James Rawley, coordinateur des opérations humanitaires de l’ONU dans la bande de Gaza, a prévenu que « la crise est loin d’être finie » lors d’une conférence de presse conjointe à Ramallah, en Cisjordanie occupée, avec Mohammad Moustapha, ministre palestinien de l’Economie.

Les 427 millions d’euros d’aide d’urgence réclamés « ne suffiront que pour quelques mois et ne sont pas une solution », a poursuivi Rawley. « Il faut des changements drastiques dans la bande de Gaza (…) avant toute chose, un cessez-le-feu continu, une levée totale du blocus et une solution politique », a-t-il ajouté.

La bande de Gaza est soumise depuis 2006 à un strict blocus israélien qui empêche l’entrée de nombreux matériaux de construction, qui sont susceptibles d’être utilisés pour les tunnels d’attaque. Selon l’accord de cessez-le-feu récemment conclu au Caire, ces restrictions devraient être allégées.

Jusqu’à présent, les matériaux de construction n’ont pas franchi les points de passage contrôlés par Israël, qui craint qu’ils ne soient détournés pour lui nuire.

Moustapha a souligné que les Palestiniens avaient préparé un « plan de reconstruction sur trois ans », réalisable à la condition que les points de passages rouvrent.

L’aide d’urgence inclut la fourniture de nourriture et concerne également les domaines de la santé et de l’éducation et prévoit d’apporter un soutien psychologique aux Gazaouis, dont des milliers attendent désormais une solution de relogement, a précisé l’ONU.

Une conférence internationale des donateurs pour la reconstruction de Gaza devrait avoir lieu en octobre au Caire.