Le Hamas a déclaré samedi que l’Autorité palestinienne avait intensifié ses arrestations de membres et sympathisants du groupe, rapporte la radio israélienne.

Selon le rapport, qui cite des médias du Hamas, au cours des dix derniers jours, les forces de sécurité palestiniennes ont arrêté environ 40 hommes du Hamas avec 30 autres ont été convoqués pour interrogatoire, même si certains ont refusé de se présenter.

Parmi les interpellés figureraient des prisonniers libérés et des proches de responsables du Hamas, des individus ayant manifesté leur soutien au groupe terroriste, et même certains ayant fait des déclarations à sa défense sur les médias sociaux après le conflit de Gaza.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a rejeté vendredi la demande d’Israël que le groupe soit désarmé comme condition pour mettre fin au blocus sur Gaza et permettre l’ouverture d’un aéroport et d’un port là-bas.

L’ancien Premier ministre du Hamas à Gaza a déclaré à un rassemblement près de Gaza City : « Nous n’accepterons ou ne considérerons aucune décision internationale de désarmer la résistance » – référence au Hamas et aux autres groupes terroristes palestiniens.

Déclarant que les armes des groupes terroristes étaient « sacrées », Haniyeh a promis que « tant qu’il y aura occupation, il y aura résistance, » selon Radio Israël.

Le dirigeant du Hamas a ajouté que la lutte récente « contre l’occupation israélienne ne serait pas la dernière ».

Israël a affirmé qu’il fera pression pour désarmer le Hamas dans de futures négociations indirectes au Caire.