L’Autorité palestinienne paiera le salaire d’août de ses employés dans les temps et tente de verser celui des fonctionnaires enregistrés par le Hamas dans la bande de Gaza « au plus vite », a indiqué samedi le porte-parole du gouvernement d’union nationale palestinien.

Depuis la réconciliation en avril du Hamas et de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) qui chapeaute l’Autorité palestinienne, le Hamas réclame que l’Autorité paye les salaires des 42 000 fonctionnaires qu’il a enregistré depuis qu’il a pris le pouvoir par la force dans la bande de Gaza en 2007.

« Les salaires des fonctionnaires enregistrés auprès de l’Autorité seront versés la semaine prochaine et le gouvernement tente de verser ceux des fonctionnaires engagés par le Hamas au plus vite », a indiqué à l’AFP Ihab Bseiso, porte-parole du gouvernement d’union nationale, né de la réconciliation et formé de personnalités indépendantes approuvées par l’OLP et le Hamas.

Un responsable palestinien a toutefois expliqué à l’AFP sous le couvert de l’anonymat que l’Autorité cherchait, avant de payer ces salaires, à s’assurer que ces virements ne mettent pas en danger le versement de l’aide internationale.

« Le Hamas est considéré à l’étranger comme une organisation terroriste et le gouvernement veut obtenir des garanties que l’Autorité peut verser ces salaires », a-t-il dit, expliquant « craindre une nouvelle crise parce que de nombreux fonctionnaires à Gaza ne reçoivent plus de salaires ».

Le Hamas ne paye plus depuis des mois ses fonctionnaires, dont 20 000 selon plusieurs sources seraient des membres armés.

En juin, peu après la formation du gouvernement d’union, des hommes armés avaient attaqué les banques à Gaza.

Le Hamas avait fait fermer les banques et le Qatar, son grand allié, avait promis de payer durant six mois 19 des 23 à 30 millions d’euros que représentent les salaires des fonctionnaires gazaouis.

Le petit émirat gazier n’a pour le moment effectuer aucun versement, notamment en raison du déclenchement le 8 juillet de la guerre entre le Hamas et Israël.

Selon Bseiso, sans compter les employés du Hamas, 177 000 fonctionnaires sont enregistrés auprès de l’Autorité, dont 70 000 à Gaza et 107 000 en Cisjordanie.

Chaque mois, leurs salaires coûtent environ 152 millions d’euros, dont 90 millions sont couverts par les impôts collectés par Israël pour le compte des Palestiniens, 40 millions sortis du budget palestinien et 26 millions d’aide internationale.