Le dirigeant du parti Yesh Atid, Yair Lapid s’est attribué, lundi, le mérite du retrait des affiches anti-israélienne qui étaient déployées dans le métro londonien.

Lapid, qui s’adressait à sa faction de la Knesset lors de la réunion hebdomadaire, a déclaré que le maire de Londres, Boris Johnson, lui a dit qu’il veillerait à ce que les affiches anti-israéliennes affichées dans le métro seraient retirées, après que Lapid l’ait approché sur ce sujet.

Selon le Jewish Chronicle, des affiches qualifiant Israël d’Etat d’apartheid, accusant la BBC, et soulignant d’autres préoccupations britanniques au sujet du soutien envers Israël et son « massacre » des Palestiniens ont été collées dans le métro lundi matin par des activistes pro-palestiniens.

Transport for London a déclaré que les affiches étaient des « actes non autorisés de vandalisme » et qu’elles seraient retirées, selon l’article.

Mais Lapid a semblé s’être attribué le mérite de ce retrait et accusé le gouvernement de rester les bras croisés pendant qu’il se chargeait de lutter contre les efforts anti-Israël sur la scène mondiale.

« Il semble que nous pourrions gagner, nous avons juste besoin de faire quelque chose », a-t-il ajouté.