Yair Lapid, le président de Yesh Atid, a affirmé mercredi soir que la possible affaire de corruption et de pots-de-vin dans un accord d’achats de navires de guerre pour plusieurs milliards de shekels au constructeur allemand ThyssenKrupp était un « complot de corruption ».

« C’est sans aucun doute le plus grand scandale de corruption de l’histoire du pays », a dit Lapid à la Deuxième chaîne, pendant une interview.

Lapid était ministre des Finances en 2015, quand l’accord a été conclu.

« L’argent du budget de la Défense a été transféré vers un compte bancaire secret en Allemagne, puis transféré au compte privé de l’avocat [de Netanyahu] sans que le ministre de la Défense ne le sache. »

« Je ne sais pas comment le Premier ministre a pu ne rien savoir de cela, a-t-il ajouté. C’est un complot de corruption. »

Netanyahu a répondu au président de Yesh Atid, en affirmant que « la fermeté de Lapid dans les médias génère des accusations fausses sur Bezeq et les sous-marins, alors qu’il n’y a pas de connexion avec le Premier ministre, qui n’est pas suspecté de malversations ».

Lapid a indiqué qu’il avait volontairement témoigné devant la police dans cette affaire mercredi.

David Shimron, l'avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, pendant une conférence de presse du Likud à Tel Aviv, en février 2015. (Crédit : Flash90)

David Shimron, l’avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, pendant une conférence de presse du Likud à Tel Aviv, en février 2015. (Crédit : Flash90)

Sur un autre sujet proche, la vente par ThyssenKrupp de sous-marins à l’Egypte, Lapid a accusé David Shimron, l’avocat personnel de Netanyahu, le général de division (de réserve) Eliezer Marom, ancien commandant de la Marine suspecté dans cette affaire, et Miki Ganor, représentant de ThyssenKrupp en Israël, lui aussi suspecté, d’avoir donné à la firme allemande le feu vert pour cette vente sans l’accord du ministère de la Défense.

Israël a pourtant depuis longtemps un accord avec l’Allemagne, qui ne vend pas d’armes sophistiquées aux voisins d’Israël. « Nous sommes tous allés voir les Allemands » pour protester contre la vente, a raconté Lapid, et « ils ont répondu, désolé, le Premier ministre a approuvé. »

Soulignant qu’il ne parlait pas de Netanyahu, Lapid a poursuivi : « si quelqu’un a touché de l’argent pour ça [la vente à l’Egypte], ce n’est pas de la corruption, c’est de la trahison de la patrie. Cela met en danger la sécurité d’Israël. »

Mercredi également, David Shimron, l’avocat de Netanyahu, a témoigné en tant que suspect, interrogé par les enquêteurs de l’unité Lahav 433 à Lod pendant plus de neuf heures.

A sa sortie du bâtiment, il a dit aux journalistes : « je ne peux rien dire, laissons la police faire son travail », selon la Deuxième chaîne.