Le ministre des Finances Yair Lapid a présenté le nouveau budget 2015 lors d’une conférence de presse dimanche, le qualifiant de « budget d’espoir ».

« Il s’agit d’un budget en ligne avec la société, qui utilise les ressources en vue d’améliorer l’éducation, la santé, le bien-être et tout ce qui touche la vie des citoyens d’Israël », a-t-il affirmé. « Si le budget précédent était un budget de crise, le budget actuel se veut un message d’espoir et de promesses ».

Après une longue lutte politique avec le ministre de la Défense Moshe Yaalon et Yair Lapid, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a consenti à un plan mercredi pour augmenter le budget de la défense sans augmenter les impôts.

Selon le budget, 7 à 8 milliards de shekels (soit entre 1,5 et 1,7 milliard d’euros) seront ajoutés au budget de la défense cette année et encore 6 milliards de shekels (1,3 milliard d’euros) l’année prochaine. Les fonds viendront couvrir les coûts des 50 jours de l’opération Bordure protectrice, ainsi que ceux liés à la formation et aux salaires.

Plutôt que d’augmenter les impôts pour couvrir les coûts, Netanyahu et Lapid ont convenu d’augmenter le déficit à , 3,4 %, soit légèrement au-dessus de l’objectif de 3 % que Netanyahu espérait atteindre.

Pour réduire le déficit, Netanyahu voulait augmenter les impôts, mais Lapid s’est opposé avec véhémence à la mesure et l’a finalement emporté, faisant valoir que les citoyens ordinaires ne devaient pas avoir à supporter le coût de la guerre à Gaza mais aussi qu’une augmentation des taxes ralentirait la croissance. Lapid est même allé jusqu’à menacer de quitter la coalition dans l’éventualité d’une hausse des impôts.

« L’économie israélienne est forte et construite sur des fondamentaux sains, et malgré le ralentissement de ces derniers mois, les projections estiment que la croissance reste plus élevée que dans les pays européens », a-t-il expliqué. « La dernière chose dont l’économie a besoin, c’est une augmentation des impôts ».

« Ce n’est un secret pour personne qu’il y a eu une pression pour augmenter les impôts, mais nous avons décidé de ne pas l’accepter » a-t-il fait savoir. « La dernière chose dont l’économie a besoin c’est une augmentation des prélèvements. Notre travail consiste à remettre l’économie sur les rails. Au lieu d’augmenter les impôts, nous allons prélever sur d’autres sources ».

La rencontre entre les trois hommes a duré six heures mercredi, la veille de Rosh Hashana.

Même avec l’augmentation, les responsables de la défense n’étaient pas satisfaits. Un haut fonctionnaire a déclaré à la radio israélienne que l’augmentation de 6 milliards de shekels pour 2015 signifiait que la formation et l’achat d’équipement seraient fortement réduits. Il a expliqué que les implications du budget seront présentées à Netanyahu, au cabinet, ainsi qu’à la commission parlementaire adéquate.

Le Premier ministre avait fait pression pour un montant supplémentaire de 20 milliards de shekels (4,3 milliards d’euros) pour la défense – avec 9 milliards pour couvrir les coûts de Bordure protectrice et 11 milliards pour les dépenses élargies de fonctionnement.