Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, aurait secrètement annulé les primaires prévues de son parti, en consolidant ainsi sa position de leader jusqu’aux prochaines élections législatives, a signalé la Dixième chaîne jeudi.

Lorsque Lapid a fondé Yesh Atid en 2012, il a inséré une clause dans les statuts du parti, qui indiquait qu’il n’était pas nécessaire d’organiser de primaires avant les deux élections législatives suivantes – les élections pour la dernière Knesset, dans laquelle Yesh Atid était un membre clé de la coalition (et Lapid était le ministre des Finances), et pour la Knesset actuelle, où il est un membre de l’opposition.

Par conséquent, selon les règlements du parti centriste tels que définis par Lapid, le parti Yesh Atid devrait avoir organisé des élections pour le poste de président et sa liste de candidats pour les élections législatives avant les prochaines élections législatives. Mais avec ‘la réforme’ de Lapid, le parti peut maintenant reporter son vote interne qu’à la prochaine élection de la Knesset.

En conséquence, Lapid continuera à diriger le parti après les élections pour le prochain parlement et conservera son pouvoir exclusif de décider de la liste des candidats du parti.

Fils du défunt député Yossef (Tommy) Lapid, qui a dirigé le parti laïc Shinuï (Changement), Yair Lapid a suivi les traces de son père en passant du journalisme à la politique.

Son ascension dans la 19e Knesset a été fulgurante où il a gagné 19 sièges à la Knesset, 4 de plus que le parti travailliste. Mais lors des élections suivantes de la Knesset en mars 2015, Lapid a vu la fin de la domination de son parti, en remportant seulement 11 sièges.

Deux sondages publiés il y a deux semaines, qui ont cherché à évaluer l’impact de l’intégration de l’ancien chef de Tsahal, Gabi Ashkenazi, dans l’arène politique, ont constaté qu’un parti avec Ashkenazi, Lapid et l’actuel ministre des Finances, Moshe Kahlon, pourrait battre le Likud de cinq sièges. (Le Likud détient actuellement 30 sièges à la Knesset).

Avant les dernières élections, Lapid a déclaré dans une interview qu’il estimait que, lorsque le gouvernement actuel terminera son mandat, il serait prêt à défier Benjamin Netanyahu pour le rôle de Premier ministre.

Stuart Winer a contribué à cet article.