Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, a minimisé ses ambitions de Premier ministre samedi, en contradiction avec sa déclaration largement médiatisée d’après les élections de janvier 2013, dans laquelle il affirmait qu’il serait le prochain chef de gouvernement. Il a également affirmé que son parti fera tout son possible pour que Benjamin Netanyahu ne soit pas réélu.

A la question de savoir s’il était en compétition pour le poste de Premier ministre aux élections de mars 2015, Lapid a répondu : « Non, le débat de savoir si je suis dans la course pour être Premier ministre n’est pas important. Le nombre de sièges que Yesh Atid recevra [aux élections du 17 mars aidera à] déterminer qui sera le prochain Premier ministre. »

S’exprimant lors d’un événement culturel à Holon, samedi après-midi, Lapid a ajouté : « Yesh Atid fera tout son possible pour que Netanyahu ne soit pas Premier ministre. »

Lapid n’a pas exclu de faire partie d’une coalition avec tout parti israélien, y compris les factions ultra-orthodoxes.

Une fois encore, contrairement aux dernières élections, où son allié Naftali Bennett, président de HaBayit HaYehudi, et lui-même avaient posé comme condition à leur adhésion à la coalition de Netanyahu l’exclusion des partis haredis.

Dans une longue séance de questions-réponses, l’ancien ministre des Finances a également parlé des liens entre Israël et les Etats-Unis, de la guerre de 50 jours de cet été et de ses visions de paix avec les Palestiniens, sans diviser Jérusalem.

« Nous pouvons parvenir à un accord sans renoncer à Jérusalem. Nous ne diviserons pas Jérusalem. Peu importe ce qui se passe. »

« Les États ne négocient pas sur leurs capitales », a ajouté Lapid, avant de faire d’autres commentaires sur la façon de résoudre le conflit israélo-palestinien.

« Vous devez vous séparer des Palestiniens et ne pas oublier que leurs héros sont des gens portant des masques noirs comme l’État islamique, qui décapitent les gens. »

Lapid a toutefois affirmé que les Palestiniens n’uniraient pas leurs forces au groupe djihadiste parce que, selon lui, « ils ont peur de l’islam radical ».

« Nous devons nous tourner vers la Ligue arabe, et entamer des négociations par son intermédiaire », a déclaré Lapid.
La députée Zahava Gal-On, présidente du Meretz, a critiqué les déclarations de Lapid sur Jérusalem, disant qu’il promettait « une solution politique déconnectée de la
réalité ».

« Il n’y aura pas de solution politique sans diviser la souveraineté sur Jérusalem, et ceux qui font de telles déclarations n’ont pas l’intention de parvenir à un accord ou de faire des compromis », a déclaré Gal-On, selon Walla. « Lapid bat un nouveau record de mensonge et de mépris de la population israélienne. »

Lapid a utilisé cette rencontre pour fustiger Netanyahu, disant qu’il « a fait de son mieux pour détruire nos relations avec les États-Unis » et qu’Israël a fait preuve de « lâcheté diplomatique » suite à la guerre de Gaza cet été.

Le gouvernement israélien mené par Netanyahu et l’administration Obama se sont souvent affrontés, parfois publiquement, sur une variété de questions, y compris sur les pourparlers avec l’Iran, l’activité d’implantation israélienne et l’intransigeance d’Israël dans les pourparlers de paix.

Certains de ces différends ont dégénéré en échanges d’injures ou de rebuffades entre officiels, autant de comportements inhabituels entre alliés. Au lendemain de la guerre de cet été, Lapid a affirmé qu’Israël aurait dû prendre une part active dans la reconstruction de Gaza et exiger sa démilitarisation.

« Netanyahu redoutait que nous ne paraissions pas suffisamment déterminés au cours de l’opération, et se rendre au sommet sur la reconstruction [au Caire] aurait ressemblé à une faiblesse », dit Lapid, considérant cela comme une erreur.

« Après l’opération Bordure protectrice, aucun effort politique n’a été entrepris pour faire partie du processus [de reconstruction] de la bande de Gaza. Les pays occidentaux ont donné 5 milliards de dollars sans la présence d’un représentant israélien pour protéger nos intérêts, sans obtenir la démilitarisation de la bande de Gaza et sans concessions de la part du Hamas », a scandé Lapid.

« Le seul intérêt de Netanyahu est sa propre survie. » Des responsables du Likud ont réagi, disant que les déclarations de Lapid étaient « des inepties d’un politicien raté, effrayé et frustré ».

Le parti de Lapid devrait essuyer de lourdes pertes dans les élections à venir. La plupart des sondages annonxcent 10 sièges ou moins dans la prochaine Knesset pour ce parti qui compte aujourd’hui 19 députés.