Les troupes de l’armée israélienne ont encerclé deux villages de Cisjordanie tard mardi, après des attaques apparemment non reliées à Petah Tikva et à Jaffa plus tôt dans la journée, qui ont fait un mort et une douzaine de blessés, a déclaré un porte-parole de l’armée. Les villages seraient ceux des deux attaquants.

Les forces de sécurité sont également entrés dans le quartier d’Issawiya de Jérusalem Est, la ville natale d’un autre assaillant qui a ouvert le feu sur des policiers devant la Vieille Ville mardi après-midi, faisant deux blessés, dont l’un est dans un état critique.

Les terroristes qui ont mené les attaques de Petah Tikva et de Jaffa étaient entrés illégalement en Israël et ne possédaient pas de permis de travail, a révélé la police mardi soir.

Selon l’enquête préliminaire de la police, les attaques n’étaient pas liées l’une à l’autre ou coordonnées d’aucune manière.

Cependant, les officiels n’ont pas écarté immédiatement la possibilité que « la visite du vice-président américain Joe Biden a agi comme un déclencheur général pour ces incidents spécifiques », a déclaré la police dans un communiqué, faisant référence à l’arrivée de Biden en Israël mardi après-midi.

« La police agira selon son calendrier opérationnel, au-delà de la sécurité pour la visite elle-même, » a déclaré la porte-parole Louba Samri.

Un touriste américain, Taylor Force, de Lubbock, Texas, a été tué et 13 autres personnes ont été blessées dans les trois attaques terroristes de mardi, selon le service de premiers secours Magen David Adom.

Les forces de sécurité et les secours sur les lieux d'une attaque au couteau qui a fait un mort et neuf blessés sur le port de Jaffa, le 8 mars 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les forces de sécurité et les secours sur les lieux d’une attaque au couteau qui a fait un mort et neuf blessés sur le port de Jaffa, le 8 mars 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

En Cisjordanie, les deux villages palestiniens de Zawiya et Hajjah ont été encerclées « suite à une évalutation de la situation et à la lumière des récentes attaques terroristes, » a déclaré l’armée.

Zawiya, située à l’intérieur de la Cisjordanie près de la ville israélienne de Rosh HaAyin, est la ville natale d’Abed el-Rahman Mahmoud Radad, le Palestinien de 18 ans qui a attaqué un homme à Petah Tikva.

Radad a poignardé plusieurs fois l’homme dans le haut du corps, avant que l’homme ne puisse répliquer. La victime a réussi à enlever le couteau de son propre cou et à l’utiliser pour poignarder et neutraliser son attaquant, aidé par le propriétaire du magasin, a déclaré la police.

Rabad est décédé quelques minutes après.

Le couteau utilisé dans l'attaque de Petak Tikvah, le 8 mars 2016. La victime a retiré le couteau de son propre cou et l'a utilisé pour poignarder son attaquant. (Crédit : police israélienne)

Le couteau utilisé dans l’attaque de Petak Tikvah, le 8 mars 2016. La victime a retiré le couteau de son propre cou et l’a utilisé pour poignarder son attaquant. (Crédit : police israélienne)

L’armée a également encerclé le village palestinien de Hajjah, situé entre Naplouse et Qalqilya, qui semble être le village natal de Bashar Massalha, 22 ans, qui a mené les attaques au couteau de Jaffa.

Il y a eu initialement une confusion sur le lieu de résidence de Massalha, la police ayant d’abord indiqué qu’il était de Qalqilya, et pas du voisin Hajjah.

La police a déclaré que l’attaquant avait d’abord poignardé trois personnes le long de la promenade de Jaffa, un site populaire de loisir et d’achat, avant de fuir légèrement vers l’intérieur de la ville au Kikar HaShaon (place de l’Horloge), où il a poignardé trois personnes de plus. Il a ensuite poignardé quatre autres personnes près du Dolphinarium à la limite avec Tel Aviv.

L’attaquant a été abattu par la police après une poursuite depuis le port de Jaffa le long de la promenade de bord de mer de Tel Aviv.

A la lumière des attaques, la police israélienne a appelé les citoyens à « ne pas autoriser quiconque n’a pas de permission officielle à résider illégalement en Israël, » a déclaré Samri.

Raoul Wootliff a contribué à cet article.