Au cours de la nuit, l’armée de l’air israélienne a lancé des frappes aériennes de représailles du côté syrien du plateau du Golan, confirmant des tirs directs sur neuf positions appartenant au régime Assad – y compris un centre de commandement régional – après qu’un garçon de 15 ans ait été tué dimanche dans une attaque du côté israélien.

« L’armée israélienne a ciblé neuf positions de l’armée syrienne en réponse à la première attaque venant de Syrie qui a tué un adolescent israélien et qui a blessé trois civils israéliens. Les sites ciblés comprennent un quartier général militaire [régional] syrien et des positions de lancement », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Les citoyens du nord d’Israël ont déclaré avoir entendu de grosses explosions, peu après minuit, selon le site Ynet.

La Syrie n’a pas officiellement réagi aux nouvelles des raids aériens. Les forces d’opposition ont indiqué que le centre de commandement visé par les frappes appartenait à la Brigade 90 de l’armée syrienne.

Le porte-parole de l’armée israélienne, le lieutenant-colonel Peter Lerner a déclaré que l’attaque meurtrière de dimanche sur une voiture dans le plateau du Golan, celle qui a tué le jeune Mohamed Karkara et blessé trois autres, était « un acte d’agression injustifié contre Israël, et la suite directe de récentes attaques qui ont eu lieu dans la région ».

Les responsables militaires ont fait savoir que le véhicule a été touché par un missile anti-char d’une zone sous le contrôle des forces d’Assad, bien qu’un commandant rebelle ait déclaré au Times of Israel, qu’il était possible que le régime ait ciblé la voiture avec un missile à tête chercheuse. En réponse, les chars israéliens ont tiré sur des positions de l’armée syrienne.

« L’armée israélienne ne tolérera aucune tentative de violer la souveraineté d’Israël et agira dans le but de protéger ses civils », a déclaré Lerner.

Mohamed Karkara, 15 ans, de la ville de Arraba en Basse Galilée, a été tué dans l’attaque et son père, un entrepreneur, ainsi que deux autres ont été blessés pendant qu’ils distribuaient de l’eau à des travailleurs au niveau de la frontière.

Israël avait réagi dans le passé avec des frappes ciblées sur les positions syriennes, bien qu’elle ne les ait jamais confirmées officiellement.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a parlé avec Fehmi Karkara, le père de Mohamed, et lui a présenté ses condoléances.

« Les ennemis d’Israël utilisent tous les moyens, ils n’hésitent pas à attaquer des civils ou tuer des enfants, comme cela s’est produit ce matin », a déclaré M. Netanyahu lors d’une conférence de presse à Jérusalem. « Ils ne font pas de distinction entre les citoyens juifs et non-juifs d’Israël. En tant que peuple, notre cœur se brise à l’enlèvement de chaque enfant, à la mise à mort de chaque enfant et je suis sûr que je parle au nom de vous tous alors que je viens de présenter mes condoléances à la famille endeuillée ».

Il y a trois semaines, les forces de l’armée israélienne ont mené des tirs d’artillerie sur une cible syrienne suite à un obus de mortier tiré sur le mont Hermon.

La région frontalière entre Israël et la Syrie a connu des échanges de feu intermittents tout au long de la guerre en Syrie. Bien qu’Israël ait largement attribué ces incidents à des tirs isolés venant du côté syrien, il y a néanmoins eu des tentatives pour cibler les soldats israéliens.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.