L’armée enquête sur la mort d’un amputé des deux jambes lors de clashes à Gaza
Rechercher

L’armée enquête sur la mort d’un amputé des deux jambes lors de clashes à Gaza

Ibrahim Abu Thurayeh, qui avait perdu ses deux jambes en 2008 lors d’un raid aérien israélien, a été mortellement atteint, a indiqué un soldat de Tsahal vendredi. Des milliers de personnes sont attendues lors de son enterrement samedi prochain

Le manifestant palestinien Ibrahim Abu Thurayeh brandit un drapeau palestinien lors d'affrontements avec des soldats israéliens près de la barrière frontalière à l'est de la ville de Gaza, le 19 mai 2017. (Crédit : AFP / MOHAMMED ABED / Archives)
Le manifestant palestinien Ibrahim Abu Thurayeh brandit un drapeau palestinien lors d'affrontements avec des soldats israéliens près de la barrière frontalière à l'est de la ville de Gaza, le 19 mai 2017. (Crédit : AFP / MOHAMMED ABED / Archives)

L’armée a indiqué dimanche qu’elle enquêtait sur la mort d’un handicapé en fauteuil, amputé des deux jambes, apparemment tué par un soldat israélien durant des émeutes le long de la bande de Gaza vendredi.

La mort d’Ibrahim Abu Thurayeh, amputé des deux jambes lors d’un raid aérien israélien en 2008, a suscité de nombreuses condamnations de la part des Palestiniens entre autres, indiquant lors de manifestations de protestation vendredi dernier, qu’il ne pouvait représenter une menace.

« Les accusations sur la mort d’un émeutier paraplégique palestinien font l’objet d’une enquête. Les conclusions seront présentées au général de la région sud dans les jours prochains, » a indiqué l’armée dans un courriel.

Les coups de feu présumés de Tsahal se sont déroulés durant une violente manifestation le long de la frontière, durant laquelle des émeutiers palestiniens ont brûlé des pneus et lancé des pierres contre la barrière de sécurité qui entoure la bande de Gaza, ainsi que sur des soldats de l’autre côté. Les soldats ont riposté avec du gaz lacrymogène, des tirs de balles en caoutchouc – et parfois – à balle réelle.

« Des avertissements par haut-parleur ont été adressés aux émeutiers sur le danger de s’approcher de la barrière de sécurité. L’utilisation de tirs à balle réelle n’a lieu que lorsque les soldats sont en danger de mort ou en situation critique, » a déclaré l’armée.

Abu Thurayeh participait régulièrement aux émeutes à la frontière.

« Ces émeutiers sont encouragés par l’organisation terroriste du Hamas. Le Hamas envoie des civils le long de la bordure de sécurité et incite à la violence contre les soldats de Tsahal. Toute tentative de destruction ou de franchissement de la barrière de sécurité est considérée comme une violation de la souveraineté israélienne » a indiqué l’armée.

La mort d’Abu Thurayeh a donné lieu à une large couverture médiatique dans le monde, et des milliers de personnes sont attendues aux funérailles samedi dans la bande de Gaza.

Ce célibataire de 29 ans vivait chez ses parents, et n’avait aucun travail régulier depuis son accident de 2008 dans lequel il a perdu ses deux jambes, d’après l’agence de presse AFP.

« Il a été blessé en 2008 par le tir à partir d’un hélicoptère israélien alors qu’il venait de décrocher un drapeau israélien pour le remplacer par le drapeau palestinien le long de la barrière de sécurité, » a indiqué son frère Samir à l’AFP, après l’annonce du décès d’Abu Thurayeh vendredi. « Cela ne l’a pas empêché de manifester pour Jérusalem. Il venait seul tous les jours à la frontière ».

Dans un enregistrement vidéo datant de vendredi, on peut voir Abu Thurayeh arborant le drapeau palestinien en faisant le signe de la victoire à des soldats israéliens de l’autre côté de la frontière.

« Je veux y aller » disait-il, faisant référence à l’autre côté de la frontière, à l’instar de nombreux jeunes qui l’entouraient avec des drapeaux palestiniens, et d’autres lançaient des pierres en directions des soldats. « Cette terre est la nôtre. Nous n’abandonnerons pas. L’Amérique doit annuler sa décision, » disait-il dans une autre vidéo postée sur les réseaux sociaux.

D’après Tsahal, quelque 3 500 Palestiniens ont manifesté vendredi le long de la barrière de sécurité à Gaza à la suite de la décision controversée du président des Etats-Unis Donald Trump de déménager l’ambassade américaine à Jérusalem, en reconnaissant la ville comme capitale d’Israël.

Les Palestiniens considèrent la partie Est de Jérusalem comme étant la capitale de leur futur Etat. Trump a indiqué que sa décision ne préjugeait pas du statut final lors des futures négociations du processus de paix. Mais cette décision a rendu furieux les Palestiniens.

Quelques heures avant sa mort, et malgré le fait qu’il n’avait pas de jambes, Abu Thuryeh est monté sur un poteau électrique pour brandir le drapeau palestinien, a indiqué un journaliste témoin de la scène.

Ce qui est arrivé par la suite n’est pas clair.

Plusieurs milliers de Palestiniens ont lancé des pierres le long de la frontière de Gaza sur les soldats israéliens, lors d’émeutes qui ont duré des heures. Deux hommes ont été tués, dont Abu Thurayeh.

Les militaires israéliens ont indiqué que les émeutes ont été « extrêmement violentes » toute la journée. « Les soldats ont visé les principaux meneurs, » a indiqué un porte-parole de l’armée.

Le journal britannique The Guardian rapporte le récit d’un témoin qui a vu Abu Thurayeh qui a été poussé avec son fauteuil jusqu’à la frontière, et qui a ensuite tenté de la traverser en rampant avant d’être abattu.

Abu Thurayeh est l’un des trois Palestiniens tués vendredi lors d’émeutes avec l’armée israélienne en Cisjordanie et à Gaza. Un quatrième a été abattu après avoir poignardé un garde-frontière israélien près de Ramallah.

Durant la semaine dernière, plus d’une douzaine de roquettes ont été tirées sur Israël depuis la bande de Gaza. Nombre d’entre elles se sont écrasées sans faire de dégâts, cinq ont été interceptées par le système de défense du Dôme de fer, et six ont atteint Israël, dont deux ont causé des dommages matériels au sud de la ville de Sdérot.

Le Hamas, le groupe terroriste qui dirige Gaza et qui souhaite détruire Israël, a appelé à une nouvelle Intifada pour libérer Jérusalem et a exhorté les Palestiniens à des confrontations avec les soldats et les habitants des implantations.

Lors des funérailles à Gaza samedi, le chef du Hamas Ismail Haniyeh a parlé d’Abu Thurayeh comme d’un héros et d’un martyr, et a juré de ne jamais renoncer à Jérusalem. « Et je ne parle pas de l’Est de Jérusalem, mais de Jérusalem unifiée » a précisé Haniyeh, repris en bas d’écran sur la Dixième chaîne d’information israélienne.

« Pas Jérusalem Est ni Jérusalem Ouest. Musulmanne, musulmane ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...