L’armée israélienne a arrêté 10 Palestiniens durant la nuit de mercredi au jeudi et fouillé 136 localisations, dans le cadre de la répression en cours en Cisjordanie pour localiser trois adolescents israéliens enlevés.

Jeudi marque deux semaines depuis la disparition de Naftali Frankel, Eyal Yifrach et Gil-ad Shaar d’un poste d’auto-stop dans la région du Gush Etzion, le 12 juin.

La plupart des arrestations ont eu lieu dans la ville de Hébron et ses alentours.

Un suspect appréhendé dans un village a été grièvement blessé alors qu’il tentait de s’enfuir, a indiqué l’armée. Il a été conduit à l’hôpital pour recevoir des soins.

Depuis le début de l’opération « Gardiens de mes frères », l’armée israélienne a arrêté environ 400 Palestiniens en Cisjordanie, la plupart d’entre eux des membres du mouvement Hamas, et scruté plus de 1 500 sites sur le territoire.

L’armée opère généralement le soir, effectuant des raids et des vagues d’arrestation, dans ses efforts incessants de recherche des adolescents, et de destruction dans la foulée de l’infrastructure du Hamas.

Mercredi soir, le cabinet de sécurité a pris la décision de poursuivre l’opération, le lendemain du vote du cabinet de réduire la présence de Tsahal en Cisjordanie.

Le forum a également voté mercredi un certain nombre de mesures de lutte contre le transfert de fonds de l’Autorité palestinienne vers les prisonniers palestiniens détenus en Israël.

Selon Israël, l’AP verse de généreuses allocations mensuelles et octroie des subventions allant jusqu’à 25 000 dollars aux prisonniers incarcérés, participant ainsi à « une forte incitation financière au terrorisme, y compris par l’utilisation abusive de l’aide financière étrangère fongible. »

Le gouvernement israélien fustige le calcul des salaires des détenus en fonction du nombre d’années passées en prison, ce qui signifie qu' »en réalité, que les terroristes qui ont perpétré les attentats les plus sanglants reçoivent les salaires les plus élevés ».

Vu que l’Autorité palestinienne dépend de la l’aide étrangère, « la communauté internationale devrait exprimer son indignation face à cet abus de ses donations, accordées principalement pour gérer les institutions de l’AP et promouvoir la coexistence pacifique avec Israël », a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué.