L’armée israélienne frappe un poste du Hamas après un tir de roquette
Rechercher

L’armée israélienne frappe un poste du Hamas après un tir de roquette

Les forces aériennes ont frappé un poste militaire dans le sud de la bande de Gaza en riposte à des attaques nocturnes à la roquette

Un F-15 de l'armée de l'air israélienne lors de l'exercice international Blue Flag, à la base militaire d'Ovda, le 8 novembre 2017. (CréditJack Guez/AFP)
Un F-15 de l'armée de l'air israélienne lors de l'exercice international Blue Flag, à la base militaire d'Ovda, le 8 novembre 2017. (CréditJack Guez/AFP)

Les forces aériennes israéliennes ont attaqué mardi soir une structure du Hamas dans le sud de la bande de Gaza, quelques heures après un tir de roquette vers Israël lancé depuis l’enclave côtière des Palestiniens.

Aucune victime n’a été pour le moment signalée du côté palestinien.

Ce tir de roquette a entraîné l’activation des sirènes d’alarme au sein des communautés israéliennes du nord de Gaza. Il n’y a pas eu de confirmation du site d’impact alors que les forces sécuritaires israéliennes se sont déployées pour rechercher le projectile.

Les sirènes d’alerte à la roquette ont résonné dans le secteur de Hof Ashkelon, au nord de la bande, dans les communautés de Netiv Haasara et de Yad Mordechai.

Cet attentat est survenu quelques heures après que les terroristes palestiniens ont lancé une roquette vers Israël qui a manqué sa cible et s’est abattue sur le territoire de Gaza, a fait savoir l’armée.

Il y a eu la semaine dernière une hausse significative du nombre de roquettes lancées sur Israël dans un contexte d’agitation générale dans la zone.

Dans la nuit de vendredi dernier, un certain nombre de roquettes ont été envoyées sur la ville israélienne de Sdérot. L’une d’entre elles a frappé un jardin d’enfants, brisant une vitre, et une autre est tombée dans une rue, endommageant plusieurs voitures et au moins une habitation. L’un des projectiles a été intercepté par le système de défense anti-aérienne du Dôme de fer.

Mardi dans la matinée, deux membres du groupe terroriste du Jihad islamique ont été tués lorsque la moto sur laquelle ils circulaient a explosé dans le nord de la bande de Gaza. L’explosion avait été initialement attribuée à une frappe israélienne – une information démentie avec vigueur par l’armée. Le Jihad islamique a fait savoir plus tard qu’il s’agissait d’un accident.

Dimanche, les militaires israéliens ont détruit un tunnel d’attaque du Hamas qui pénétrait sur le territoire israélien sur des centaines de mètres depuis la bande de Gaza.

C’est le second tunnel détruit par Israël en moins de six semaines. Le 30 octobre, Israël avait fait exploser un tunnel appartenant au Jihad islamique, tuant quatorze terroristes, notamment deux hauts-responsables du groupe et deux membres du Hamas.

Le Jihad islamique a riposté un mois plus tard, activant une douzaines de tirs de mortiers sur des positions militaires israéliennes au nord-est de la bande de Gaza, entraînant des dégâts mais pas de blessés.

L’augmentation des attaques à la roquette a également été liée à la reconnaissance récente par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale israélienne, une initiative qui a entraîné la colère des Palestiniens.

Le Hamas a appelé à une nouvelle intifada contre Israël après la déclaration de Trump, et vivement recommandé aux Palestiniens d’affronter les soldats et les habitants d’implantation, permettant à des milliers de Gazaouis de se confronter aux forces israéliennes sur la clôture frontalière avec Gaza ces derniers jours.

Dans un discours prononcé mercredi depuis la Maison Blanche, Trump a défié les avertissements lancés dans le monde entier et a insisté sur le fait qu’après des échecs répétés de réalisation de la paix, une nouvelle approche était depuis longtemps nécessaire, qualifiant sa décision de reconnaître Jérusalem comme le siège du gouvernement israélien de simple reflet de la réalité.

Cette initiative a été saluée par Netanyahu et par les leaders d’une grande partie de l’échiquier politique au sein de l’Etat juif. Trump a indiqué qu’il ne spécifiait pas quelles étaient les frontières de la souveraineté israélienne à Jérusalem, appelant à ce que le statu-quo dans les lieux saints de la ville soit maintenu.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...