L’armée mesure la maison du tueur d’Elhai Teharlev pour la démolir
Rechercher

L’armée mesure la maison du tueur d’Elhai Teharlev pour la démolir

Les militaires ont également arrêté le frère du Palestinien qui a tué jeudi le sergent Elhai Teharlev dans une attaque à la voiture bélier

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les troupes israéliennes ont mené une opération vendredi dans la ville natale en Cisjordanie du terroriste palestinien qui a foncé sur deux soldats de l’armée israélienne avec sa voiture la veille, en tuant l’un d’entre eux, a annoncé l’armée.

À Silwad, au nord-est de Ramallah, les militaires ont également confisqué des voitures, qui ont-ils indiqué, ont été volées et ont saisi quelque 40 000 shekels de « fonds terroristes », a annoncé l’armée.

Jeudi matin, un résident de Silwad, Malek Ahmad Mousa Hamed, âgé de 21 ans, a percuté avec sa voiture des soldats qui étaient stationnés près de l’intersection d’Ofra. Le sergent Elhai Teharlev, 20 ans, a été tué et un autre soldat a été légèrement blessé.

Dans le raid qui a été mené vendredi matin, le frère de Hamed a été arrêté et la maison de la famille a été mesurée, ce qui constitue la première étape de la préparation à la démolition d’un lieu de résidence.

Une voiture volée saisie par l'armée dans le cadre de son opération Silwad le 7 avril 2017, qui est également le nom de la ville natale d'un Palestinien qui a percuté deux soldats, en tuant l'un d'eux, la veille (Crédit : Unité des porte-parole de l'armée israélienne)
Une voiture volée saisie par l’armée dans le cadre de son opération Silwad le 7 avril 2017, qui est également le nom de la ville natale d’un Palestinien qui a percuté deux soldats, en tuant l’un d’eux, la veille (Crédit : Unité des porte-parole de l’armée israélienne)

Jeudi soir, l’armée a imposé un « bouclage sécuritaire » de la ville palestinienne, permettant aux résidents d’entrer librement dans la ville mais en les laissant seulement sortir qu’après un contrôle de sécurité, a déclaré l’armée.

Toujours jeudi, les permis de travail de toute la famille ont été gelés. Vendredi, ces permis ont été retirés, a ajouté l’armée.

Lors d’une autre opération, l’armée a arrêté trois autres Palestiniens dans la ville de Naplouse en Cisjordanie.

Selon les militaires, l’un d’entre eux était membre du groupe terroriste du Hamas, tandis que les deux autres ont participé au « terrorisme populaire », un terme global désignant généralement les participants aux manifestations violentes et ceux qui jettent des pierres sur les forces de sécurité.

Les « fonds de la terreur » saisis par l'armée israélienne dans le cadre de leur opération Silwad le 7 avril 2017, qui est la ville natale d'un Palestinien qui a percuté deux soldats, en tuant l'un d'eux, la veille (Crédit : Unité des porte-parole de l'armée israélienne)
Les « fonds de la terreur » saisis par l’armée israélienne dans le cadre de leur opération Silwad le 7 avril 2017, qui est la ville natale d’un Palestinien qui a percuté deux soldats, en tuant l’un d’eux, la veille (Crédit : Unité des porte-parole de l’armée israélienne)

L’opération Silwad de l’armée a été menée en collaboration avec le service de sécurité du Shin Bet, la police israélienne et la police des frontières.

« Cela fait partie du ‘concept de prévention élargie’ où il s’agit de prendre des mesures contre tous les cercles de soutien au terroriste », a déclaré l’armée dans un communiqué.

La voiture utilisée par Hamed pour mener son attaque, une Audi argentée, appartenait à son père, selon la radio israélienne.

Hamed a percuté les deux soldats alors qu’ils gardaient un arrêt de bus près de l’implantation d’Ofra, au nord-est de Ramallah. Il les a percutés alors qu’ils se trouvaient dans un espace entre les bornes métalliques protégeant l’arrêt de bus et une barrière de béton protégeant le reste du trottoir.

Teharlev a été enterré jeudi dans le cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, en présence de centaines d’Israéliens, dont plusieurs ministres et membres de la Knesset.

La famille du soldat Elchai Taharlev tué au mont Herzl, à Jérusalem le 06 avril 2017 (Crédit : FLASH90)
La famille du soldat Elchai Taharlev tué au mont Herzl, à Jérusalem le 06 avril 2017 (Crédit : FLASH90)

« Tu avais un sourire qui faisait fondre les cœurs. Nous refusons de croire que nous te disons au revoir mais ne te laissons pas partir », a déclaré son père, le rabbin Ohad Teharlev, pendant les funérailles.

Le caporal Elhai Teharlev, photographié en 2014, a été tué dans une attaque terroriste à la voiture bélier en Cisjordanie, au carrefour d'Ofra, le 6 avril 2017. (Crédit : Facebook)
Le caporal Elhai Teharlev, photographié en 2014, a été tué dans une attaque terroriste à la voiture bélier en Cisjordanie, au carrefour d’Ofra, le 6 avril 2017. (Crédit : Facebook)

« Il est difficile de comprendre cette amère nouvelle, cela est incompréhensible pour nous que tu ne sois plus avec nous », a déclaré sa mère Avital. « Tes yeux pleins de lumière, ta présence a fait du monde un endroit plus brillant, heureux et bon. Je remercie Dieu d’avoir eu le privilège et la joie d’être ta mère ».

Bien que les responsables de la sécurité aient enregistré une baisse marquée au cours des derniers mois des attaques, 41 Israéliens, 2 Américains, 1 Palestinien et 1 ressortissant érythréen ont été tués lors d’attaques au couteau, à la voiture bélier et de fusillade qui ont débuté il y a un an et demi.

Selon les chiffres de l’AFP, quelque 250 Palestiniens, 1 jordanien et 1 migrant soudanais ont également été tués, la plupart d’entre eux pendant des attaque, selon Israël, et beaucoup d’autres lors des affrontements avec des troupes en Cisjordanie et à la Gaza, ainsi que lors des attaques aériennes israéliennes dans la bande de Gaza en réponse aux attaques de roquettes.

La vague d’attaques palestiniennes qui a commencé en octobre 2015 a été qualifiée d’intifada du « loup solitaire », car de nombreuses attaques ont été menées par des individus qui n’étaient liés à aucun groupe terroriste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...