L’armée ratisse la Cisjordanie à la recherche d’une arme disparue
Rechercher

L’armée ratisse la Cisjordanie à la recherche d’une arme disparue

Un garde-frontière a oublié son M-16 sur le capot de sa voiture

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des garde-frontières israéliens au point de contrôle de Qalandiya, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 30 juin 2015. (Crédit : STR/Flash90)
Des garde-frontières israéliens au point de contrôle de Qalandiya, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 30 juin 2015. (Crédit : STR/Flash90)

La police a lancé des recherches pour un fusil d’assaut M-16 perdu mardi par un garde-frontière près du camp de réfugiés de Qalandiya, en Cisjordanie, a annoncé un porte-parole.

Le garde-frontière avait posé son arme sur le capot de sa voiture, et l’a accidentellement laissé après avoir pris la route. Il a fini par tomber, et aurait été ramassé par un Palestinien, selon la radio publique israélienne.

Une porte-parole de la police a confirmé qu’un garde-frontière avait perdu son fusil. Elle a indiqué que les troupes étaient à la recherche de l’arme et qu’une enquête avait été ouverte pour déterminer les circonstances de l’incident.

Le soldat pourrait faire l’objet de mesures disciplinaires pour la perte de son arme.

Les Palestiniens n’ont pas le droit de posséder des armes à feu, à l’exception des membres des services de sécurité de l’Autorité palestinienne, mais il existe cependant un important marché noir d’armes en Cisjordanie.

Des armes rudimentaires fabriquées sur place valent quelques milliers de shekels. Cette augmentation est due à l’intensification de la répression exercée par les forces de sécurité israéliennes contre la fabrication et la vente d’armes ces deux dernières années.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...