Le soldat israélien, Hadar Goldin, un officier de 23 ans de la brigade Givati, a été enlevé dans la zone de Rafah vendredi matin. Il a été capturé lors d’une attaque perpétrée 90 minutes après le début de la trêve, indique le porte-parole de l’armée vendredi.

L’attaque a été perpétrée à l’aide d’hommes armés et d’un terroriste suicide qui sont sortis d’un tunnel à 9h30 du matin. C’était aux premières heures de la trêve qui devait durer 72 heures. Beaucoup voient dans cette attaque le signe qu’il y aura une escalade significative [de la violence] dans cette guerre qui dure depuis 25 jours.

Un terroriste suicide et des hommes armés ont ouvert le feu sur les forces armées qui essayaient de détruire le tunnel. Peu de temps après la confrontation, il est devenu clair pour les forces israéliennes dans cette zone qu’il manquait un soldat à l’appel.

« Tout ce qui s’est passé par la suite à Rafah est la conséquence de l’attaque de ce matin », déclare le Lieutenant-colonel Peter Lerner.

Moussa Abu Marzouk du Hamas a annoncé que le groupe avait enlevé le soldat. Il affirme que ce rapt a eu lieu avant que la trêve ne débute. Cependant, un porte-parole de la branche militaire du Hamas à Gaza a nié tout enlèvement.

Des sources palestiniennes à Rafah signalent qu’il y a eu une abondance de frappes intenses. C’est la première fois, depuis le début du conflit, que l’on voit des frappes aussi intenses. En conséquence, il y a eu plus de 50 Palestiniens morts et plus de 200 personnes blessées – selon les chiffres des secours à Gaza, contrôlée par le Hamas. L’Egypte aurait fermé l’accès à la péninsule du Sinaï.

Le député Omer Bar-Lev, ancien commandant de l’unité du commando d’élite du chef d’état-major Sayeret Matkal, explique que les terroristes ont dû essayer de sortir le soldat de la région par les tunnels. « C’est une course contre la montre… pour les forces terrestres. Elles doivent fermer la zone et fouiller toutes les maisons, une par une ».

Omer Bar-Lev (Crédit : Flash 90)

Omer Bar-Lev (Crédit : Flash 90)

L’armée a déclaré dans un communiqué officiel qu’elle
« mettait en œuvre un travail de renseignement et menait des recherches approfondies pour localiser le soldat enlevé ».

Lerner ajoute que peu de temps s’est écoulé entre l’attaque de Rafah ce matin et le constat qu’un soldat avait disparu. Il explique que les recherches sont menées par le colonel Ofer Winter, commandant de la brigade Givati​​, et que la famille du soldat a été informée de la situation.

Cet incident s’inscrit dans la foulée d’une attaque de mortier jeudi soir. Dans cette attaque, cinq soldats ont été tués à la frontière de la région, ce qui porte le nombre de soldats tués à 61 depuis le début de l’opération.

Les noms des cinq soldats jeudi ont été révélés : le Sergent Noam Rosenthal, 20 ans, médecin de combat du corps blindé ; le Capitaine Omri Tal, 22 ans, un officier de combat du corps blindé de Yahud ; le Sergent-major (réserviste) Daniel Marash, 22 ans, médecin de combat du corps blindé de Rishon Lzion ; le Sergent-chef Shay Kushnir, 20 ans, combattant du corps blindé de Kiryat Motzkin ; et le Capitaine Liran Adir (Edry), 31 ans, d’Azouz.

Un haut-responsable israélien a vivement critiqué le Hamas pour avoir une fois de plus violé la trêve humanitaire.

« Il est clair que le Hamas a violé encore un autre cessez-le-feu humanitaire », explique le responsable au Times of Israel. « Ils n’ont pas respecté les engagements qu’ils ont pris face au secrétaire général des Nations unies et au secrétaire d’Etat américain. C’est évidemment une violation flagrante de l’accord de cessez-le-feu qui a permis aux troupes israéliennes de rester sur place et de nous permettre de continuer à travailler sur les tunnels ».

L’ancien conseiller à la sécurité nationale Giora Eiland affirme que cet incident marque « une escalade » [de la violence] dans la zone de Rafah où l’enlèvement a eu lieu. L’armée essaie de retrouver le soldat mais cela peut aussi marquer une escalade de l’ensemble du conflit.

L’envoyé spécial de l’ONU, Robert Serry, déclare dans un communiqué qu’il avait été informé par Israël d’un « incident grave ce matin » pendant la trêve impliquant « un tunnel derrière les lignes de l’armée dans la zone de Rafah de la bande de Gaza ».

« Les Nations unies ne sont pas en mesure de confirmer de manière indépendante ces rapports », explique Serry. Si, cependant, cela est confirmé, « cela constituerait une grave violation du cessez-le-feu humanitaire en vigueur depuis huit heures ce matin par les factions militantes de Gaza, et qui doit être condamnée dans les termes les plus forts ».

Serry appelle les factions palestiniennes à observer la trêve humanitaire, et, s’inquiète des « graves conséquences sur le terrain qui pourraient survenir à la suite de cet incident ».

L’armée a constamment mis en garde contre les tentatives du Hamas d’enlever des soldats. Elle a réussi à déjouer plusieurs tentatives ces derniers jours.