L’armée syrienne a pris dimanche le contrôle de la ville stratégique de Yabroud, dernier bastion rebelle dans les montagnes de Qalamoun, près de la frontière libanaise, ont annoncé les médias d’Etat.

« Nos braves forces armées contrôlent entièrement la ville de Yabroud, dans la province de Damas, et fouillent la ville pour en retirer les engins explosifs posés par les terroristes », a annoncé la télévision d’Etat, citant une « source militaire ».

Des sources de l’opposition ont indiqué que les civils et les militants avaient fui la ville en direction de la frontière libanaise dans la nuit, avant la chute de Yabroud.

La perte de Yabroud est un coup dur pour l’opposition. Proche de la frontière libanaise, la ville était devenue un fief rebelle depuis le début de la révolte populaire en mars 2011, permettant le transit d’armes et de combattants.

Yabroud est de plus située sur une importante autoroute reliant Damas à Homs, la troisième ville du pays.

Samedi, des combats acharnés ont eu lieu à Yabroud, menés principalement par les combattants du Hezbollah chiite libanais, experts en guérilla urbaine, appuyés par des bombardements aériens de l’armée de l’air syrienne, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Pour le Hezbollah, la bataille de Yabroud est cruciale. Le parti chiite libanais, qui a reconnu officiellement au printemps 2013 son engagement militaire auprès du régime syrien, tentent en effet de bloquer toute infiltration rebelle vers le Liban, en particulier vers la ville sunnite d’Aarsal, dans l’est du pays.