Plus de 175 combattants islamistes de la rébellion, dont des « Saoudiens, des Qataris et des Tchétchènes », ont été tués mercredi dans une embuscade tendue par l’armée syrienne près de Damas, a annoncé l’agence officielle Sana.

L’agence a indiqué qu’une unité de l’armée « a repéré des terroristes du Front Al-Nosra (djihadiste) et de Liwa al-Islam » près de Damas « et en ont tué 175 et blessé d’autres », précisant que des Saoudiens, des Qataris et des Tchétchènes figuraient parmi ces combattants.

Selon Sana, l’opération a eu lieu dans la Ghouta orientale, à l’est de la capitale, principale place forte de la rébellion contre le régime de Bachar al-Assad, pour qui les insurgés sont des « terroristes ».

« Ce groupe terroriste tentait d’alléger la pression exercée sur d’autres terroristes qui recevaient des coups durs de l’armée dans la région du Qalamoun », a ajouté Sana, citant un dirigeant sur le terrain.

Qalamoun est l’autre bastion des rebelles dans la province de Damas.

La télévision d’État a montré des images de dizaines de corps de combattants au visage ensanglanté, certains portant des vêtements civils, d’autres en treillis, chaussés de baskets.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a indiqué pour sa part qu’au moins « 70 combattants islamistes ont été tués et 89 autres sont portés disparus, à la suite d’une embuscade tendue par les troupes loyalistes avec l’aide du Hezbollah chiite libanais dans la localité d’Otaybé » dans la Ghouta orientale.

Selon une source de la Sécurité, le groupe composé dans sa quasi-totalité de Jordaniens et Saoudiens, venant de Jordanie, a pénétré mercredi en Syrie. La bataille, qui a eu lieu vers 05H00 (03H00 GMT), s’est soldée par 156 morts du côté rebelle et dix prisonniers.

Otaybé se situe à l’entrée est de la Ghouta, qui reste avec la région de Qalamoun, également dans la province de Damas, l’une des principales zones de combats entre régime et rebelles.

L’armée y a tendu plusieurs embuscades aux insurgés auparavant.

Des trêves ont récemment été conclues entre les belligérants dans plusieurs localités de Damas et de sa province après plus d’un an de combats et de bombardements dévastateurs.

La guerre en Syrie a fait plus de 140 000 morts depuis le 15 mars 2011, selon l’OSDH.