Des menaces de mort ont été proférées à l’encontre d’une élève d’une école d’art qui avait suscité l’indignation en rendant public un montage controversé représentant une image du Premier ministre agrémentée d’un noeud coulant, qui caractérise une potence, tombant au niveau de son cou, ont rapporté les informations télévisées.

L’étudiante, dont l’identité n’a pas été révélée dans les médias, et son avocat, Rami Othman, ont reçu par courrier des menaces de mort écrites à partir de lettres découpées dans un journal, a fait savoir mardi la Dixième Chaîne.

L’identité de l’auteur de la lettre reste inconnue, tout comme le contenu exact des menaces.

La police a ouvert une enquête dans ce dossier.

Cette oeuvre artistique est le fruit du travail d’une étudiante en première année à l’Académie des Art et du Design Bezalel de Jérusalem. Elle aurait affiché son ouvrage pendant quelques heures dans la cage d’escalier de l’école en décembre 2016, de son propre gré.

Elle représente de multiples images de Netanyahu agrémentées d’un nœud coulant qui viennent entourer une seule image du président assassiné Yitzhak Rabin, avec les mots “on appelle ça une incitation” écrits sur du papier posé à côté des images.

Ce montage sur Netanyahu rappelle une affiche de la campagne présidentielle de Barack Obama en 2008, sauf que le poster de l’Américain portait le mot ‘Hope’ (espoir) là où l’image de Netanyahu présente le mot ‘Rope’ (corde).

A l’époque, la police avait interrogé l’étudiante en tant que suspecte. L’enquête été ultérieurement close.

Dimanche, la Dixième chaîne a rapporté que le directeur du département où étudie la jeune fille – furieux contre l’enquête policière – a présenté le montage dans une exposition organisée en Irlande du nord, qui affiche également des oeuvres pro-palestiniennes.

La controverse sur cette oeuvre d’art a commencé lorsque Eli Hazan, un responsable du Likud qui est également le directeur de la communication et des relations internationales du parti de Netanyahu, a publié une photo montrant une partie du montage sur sa page Facebook, dénonçant une ‘incitation’ à la violence et à la haine.

Après la suppression de l’image par Hazan, de nombreux politiciens ont repris ses propos, qualifiant l’ouvrage d’intentatoire à la sécurité de Netanyahu.

Le ministre de la Culture et des Sports Miri Regev avait appelé le ministre de l’Education Naftali Bennett à faire la distinction entre l’art et l’incitation” et à couper tout financement à l’école Bezalel.

Le président Reuven Rivlin avait écrit sur Facebook à ce moment-là que le montage “franchissait clairement les limites” et représentait une “incitation à la violence et à la haine contre le Premier ministre”, ajoutant que “nous avons appris de la plus dure des façons qu’on ne peut se permettre d’utiliser un tel langage” et que les artistes doivent se montrer responsables dans leurs travaux de création.