L’Australie a annoncé dimanche le déploiement de 600 militaires aux Emirats arabes unis (EAU) dans le cadre de la coalition internationale contre l’Etat islamique (EI) actif en Irak et en Syrie que cherche à mettre sur pied Washington.

Cette annonce survient deux jours après le relèvement par Canberra de son niveau d’alerte face à la menace représentée par les combattants australiens jihadistes de retour d’Irak et de Syrie.

Le déploiement de 400 aviateurs et d’environ 200 autres militaires aux EAU fait suite à une demande officielle émanant des Etats-Unis, a déclaré le Premier ministre australien, Tony Abbott, lors d’un point de presse à Darwin.

Il ne s’agit pas « d’unités de combat », a-t-il souligné. Mais l’Australie veut « participer aux efforts internationaux pour empêcher la crise humanitaire de s’aggraver ».

Canberra veut « s’engager dans les opérations internationales » en raison de la « menace que représente ce culte de la mort non seulement pour la population irakienne, non seulement pour les populations du Moyen-Orient mais pour celle du monde entier, y compris l’Australie ».

Canberra va également déployer aux EAU des équipements, dont huit avions de combat RAAF F/A18, ainsi que des conseillers militaires chargés de venir en aide aux forces irakiennes.

Les États-Unis multiplient les initiatives pour bâtir une coalition contre l’EI, qui a revendiqué samedi la décapitation d’un nouvel otage, le travailleur humanitaire britannique David Haines,

Washington s’efforce de mettre sur pied une vaste coalition internationale et le secrétaire d’Etat américain John Kerry a cherché samedi à rallier l’Egypte.

L’Australie était déjà fortement engagée aux côtés des Américains, avec la livraison de matériel militaire, d’armes et de munitions aux forces kurdes dans le nord de l’Irak ainsi qu’avec de l’aide humanitaire.