L’Autorité palestinienne a déclaré vendredi qu’il tenait le gouvernement israélien pour responsable de l’incendie criminel qui a tué un bébé palestinien en Cisjordanie, affirmant que le meurtre serait mis en évidence en bonne place dans la plainte palestinienne contre Israël à la Cour pénale internationale.
 
Nabil Abou Roudeina, le porte-parole du président de l’AP Mahmoud Abbas a affirmé que le soutien du gouvernement israélien aux implantations a conduit à l’attaque, et a exhorté la communauté internationale à réagir.

« Il s’agit d’un crime odieux qui ne serait pas arrivé si le gouvernement ne défendait pas les colons, et n’insistait pas sur la construction dans les colonies, » a-t-il déclaré, selon la radio israélienne. Les propos de Rudeineh viennent quelques jours après que le gouvernement ait approuvé 300 unités de logement dans l’implantation de Beit El, et après un tollé sur la démolition de deux bâtiments construits illégalement.

Rudeineh a comparé l’attaque à l’assassinat l’été dernier de l’adolescent Muhammed Abu Khdeir de Jérusalem-Est par des extrémistes juifs. Il a exhorté la communauté internationale à réagir pas seulement avec des mots, mais avec des actes.

Le meurtre du bébé de 18 mois Ali Saad Dawabsha sera l’un des principaux sujets portés à la Cour pénale internationale contre Israël, a ajouté Rudeineh.

Le dirigeant palestinien Saeb Erekat a également maintenu qu’Israël était « entièrement responsable ».

« Nous tenons le gouvernement israélien pleinement responsable de l’assassinat brutal de l’enfant en bas âge Ali Saad Dawabsha, » a déclaré Erekat dans un communiqué. « Ceci est une conséquence directe de décennies d’impunité accordée par le gouvernement israélien au terrorisme des colons. »

Outre les implantations, Erekat a affirmé les appels israéliens à reconnaître Israël comme un Etat juif était une «incitation» contre les Palestiniens.

« En continuant à autoriser des colonies et à inciter contre la présence palestinienne, y compris les appels à reconnaître Israël comme un Etat juif, le gouvernement israélien a ouvert la route à cet acte brutal», a-t-il déclaré.

L’AFP a contribué à cet article.