WASHINGTON (JTA) – Citant l’importance pour Israël d’un positionnement américain solide à l’étranger, les groupes juifs ont décrié les coupes drastiques proposées dans l’enveloppe allouée à l’aide étrangère dans le budget du président Donald Trump et ce, malgré les assurances que l’aide à Israël ne sera pas affectée.

L’assistance qui est garantie l’année prochaine à la défense israélienne, d’un montant de 3,1 milliards de dollars, est une « découpe » et ne saurait subir les mêmes réductions drastiques que celles qui vont toucher les financements étrangers, a fait savoir l’administration Trump.

“Notre assistance à Israël est, si je peux dire, une découpe sur le budget et cela reflète de manière manifeste notre engagement fort envers l’un de nos partenaires et alliés les plus solides », a déclaré le porte-parole du département d’Etat Mark Toner lors d’une conférence avec les journalistes.

Cette déclaration survient alors qu’un certain nombre de groupes juifs et de législateurs démocrates issus de la communauté ont exprimé leur inquiétude face à l’annonce d’une coupe à hauteur de 31 % des dépenses dans l’aide apportée aux pays étrangers. Ils affirment que ces réductions saperont l’influence américaine à l’international et notent qu’elles ne représentent actuellement que 1 % du budget.

Mark Toner, le porte-parole par intérim du département d'État, le 7 mars 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Mark Toner, le porte-parole par intérim du département d’État, le 7 mars 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

« Notre position constante a été que, aux côtés de notre assistance sécuritaire à Israël, nous avons toujours soutenu la politique d’un budget d’aide globale solide distribué à l’international afin de garantir la position de leadership forte des Etats Unis dans le monde », a expliqué un responsable du Comité aux Affaires Publiques Israélo-Américaines à JTA dans un courriel.

La représentante Lois Frenkel, Démocrate de Floride, a affirmé que l’aide distribuée à l’étranger contribue à apaiser les troubles qui menacent la sûreté du pays.

“J’aimerais que le président passe davantage de temps à s’entretenir avec les généraux parce qu’ils vous diront que les stylos peuvent être autant persuasifs que les canons et que les produits alimentaires peuvent avoir la puissance des tanks », a-t-elle dit lors d’une conférence de presse organisée jeudi.

L’AJC (American Jewish Committee) a indiqué que ce sont les intérêts sécuritaires nationaux qui sont en jeu.

“Les coupes draconiennes effectuées dans des domaines vitaux d’exécution de la politique étrangère américaine peuvent défavorablement affecter nos intérêts sécuritaires nationaux en créant potentiellement plus de pressions sur l’armée américaine, tandis que la diplomatie essentielle se trouvera sapée », a expliqué David Harris, qui préside AJC, dans un communiqué.

« Des coupes profondes décidées au département d’Etat, notamment dans des programmes éducatifs et culturels essentiels, nuiront gravement à la capacité de l’Amérique d’affirmer nos intérêts et nos valeurs à l’étranger ».

Le centre d’action religieuse du mouvement réformé a indiqué dans une déclaration que les « intérêts américains sont profondément entremêlés avec un ordre du monde stable et l’engagement américain auprès de la communauté internationale est vital en cela ».

J Street, le groupe politique libéral Juif, a dénoncé ce qu’il a qualifié « d’isolationnisme » du budget.

« Au fil des années, de nombreuses organisations pro-israéliennes – dont J Street – ont affirmé qu’Israël ne peut être traité comme un cas spécial, un pays exempté des coupes dans les aides étrangères tandis que les programmes qui touchent le reste du monde sont sacrifiés de manière systématique », a fait savoir le groupe dans un communiqué. « Et en fin de compte, l’affaiblissement de l’aide américaine à l’étranger, qui se trouve déjà largement en-deçà des contributions apportées par les autres économies avancées en termes de pourcentage de PIB, sape également la sécurité israélienne ».

L’année prochaine, un accord portant sur 10 ans sera lancé qui verra Israël recevoir une moyenne de 3,8 milliards par an en aide à la défense.

Les groupes centristes et de gauche pro-israéliens affirment depuis longtemps qu’une assistance robuste aux pays étrangers est saine pour les Etats Unis et pour Israël parce qu’elle vient soutenir l’influence américaine.

Toner, le porte-parole du département d’Etat, a répondu à une question posée par un journaliste, qui demandait si les coupes budgétaires affecteraient l’aide à la défense américaine à l’Egypte et à la Jordanie – politiques qui ont été inscrites dans les accords de paix israéliens avec ces pays et qui sont considérées depuis des années comme cruciales au maintien de la paix. Toner a détourné la question.

“En ce qui concerne les autres niveaux d’assistance, les niveaux d’assistance aux armées étrangères, ces derniers sont encore évalués et des décisions vont être prises », a-t-il expliqué. « Nous n’en sommes donc qu’au tout début de notre processus budgétaire et dans les prochains mois, il y aura des chiffres que nous serons amenés à évaluer et à examiner minutieusement, en gardant bien à l’esprit l’avancée de certaines – et non d’autres – de nos obligations définies par traité. Mais nous aurons davantage de détails manifestement lorsque le budget final sortira au mois de mai, je pense ».

Les responsables de l’administration Trump ont expliqué que les programmes visés par les réductions budgétaires n’ont pas prouvé leur efficacité, une affirmation largement démentie par des législateurs démocrates juifs et certains groupes communautaires.

Une analyse globale du budget réalisée par le bureau de la représentante de New York Nita Lowey, principale démocrate de la Chambre des représentants américaine, intégrait les programmes d’aide à l’étranger qui seraient coupés.

“Des coupes de plus de 31 % de l’aide distribuée au bureau des affaires internationales des stupéfiants et de la répression représenterait une baisse de 350 millions de dollars, ce qui mettrait en péril des programmes mondiaux qui sont essentiels pour lutter contre le crime transnational, le terrorisme et d’autres entreprises illicites. Elles viendraient gravement nuire aux activités anti-stupéfiants ce qui, en retour, augmenterait l’afflux de drogues aux Etats Unis », affirmait son rapport, citant l’un des six exemples de réductions proposées de l’aide étrangère.

Les démocrates du comité des Affaires étrangères de la Chambre, avec à leur tête le républicain Eliot Engel, démocrate de New York, ont écrit une lettre au président de la Chambre Paul Ryan, Républicain du Wisconsin, lui recommandant vivement de rejeter les coupes.

« Nous cédons le rôle de champion mondial de la démocratie, de la liberté et de la justice. Et que se passe-t-il alors ? » a interrogé Engel durant une conférence de presse jeudi, lors de laquelle il dévoilé le contenu de ce courrier. « Qui viendra occuper ce vide ? Probablement un pays qui ne partage ni nos valeurs, ni nos priorités. Pensez à la Russie ou à un autre pays comme celui-là ».

D’autres démocrates juifs ont dénoncé les coupes budgétaires, comme les démocrates Brad Sherman( Californie) et Ted Deutch (Floride).

Robert Bank, président du fonds AJWS (American Jewish World Service) qui prône les droits de l’Homme et lutte contre la pauvreté, a appelé la communauté juive organisée à se rassembler contre ces réductions.

« Nous appelons les membres du Congrès américain à s’opposer à ce budget, et nous appelons les Juifs américains et tous les Américains guidés par les valeurs du maintien de la dignité de tout un chacun à s’opposer aux coupes radicales proposées par le président Trump au budget », a expliqué Bank dans un communiqué.

Bnai Brith International, qui soutient l’assistance internationale et se consacre aussi à l’aide apportée aux membres les plus âgés de la société américaine, a également dénoncé les réductions budgétaires dans ces deux secteurs. L’organisation a noté la proposition d’une coupe de 13,2 % au budget du logement, ce qui aurait un effet négatif sur les 38 immeubles qui hébergent 8 000 résidents et qui appartiennent à son réseau.

“Le manque d’accès à un logement sûr et abordable pour les Américains les plus âgés a des ramifications profondes avec la santé et le bien-être d’un si grand nombre d’individus », a fait savoir l’organisation dans un communiqué.

Le Centre d’action religieuse du mouvement réformé a également souligné les coupes proposées dans les programmes nationaux dans sa déclaration.

« La réduction drastique dans le budget du financement des programmes en faveur des besoins cruciaux de l’être humain, de la protection environnementale et de l’aide internationale est une abdication de la responsabilité du gouvernement fédéral face au peuple américain qu’il sert et aux autres dans le monde entier qui dépendent du leadership des Etats Unis », a indiqué son communiqué.