Le cabinet a abrogé dimanche une initiative visant à faire reconnaître les conversions au judaïsme effectuées par un cercle plus large de rabbins. Il a approuvé séparément le transfert de l’autorité des tribunaux rabbiniques, du ministère de la Justice au ministère des Services religieux.

L’annulation des deux initiatives renforcera la surveillance des ultra-orthodoxes sur les affaires religieuses de l’Etat.

La réforme de la conversion, adoptée par la commission parlementaire des lois l’année dernière, est considérée comme l’une des principales réalisations du gouvernement précédent – avant les élections qui ont stoppé le processus de la législation. Mais cela a été abrogé dimanche dans le cadre de l’accord de coalition entre le Likud et Yahadout HaTorah.

En vertu de la mesure bientôt caduque, 30 tribunaux constitués de rabbins municipaux seraient autorisés à procéder à des conversions. Actuellement, 33 rabbins et seulement quatre tribunaux de conversion peuvent légalement effectuer des conversions en Israël.

Suite à la deuxième initiative passée dimanche, les tribunaux rabbiniques, qui sont depuis 2004 sous l’autorité du ministère de la Justice, à l’instar des tribunaux chrétiens et de la charia, tomberont sous l’autorité du parti ultra-orthodoxe Shas séfarade, qui contrôle le ministère des Services religieux. En Israël, les tribunaux rabbiniques sont la seule autorité autorisée à délivrer des certificats de mariage et de divorce aux Juifs, un fait qui a irrité au fil des ans de nombreux Juifs laïcs.

La semaine dernière, la Haute Cour a rejeté un appel de l’organisation nationale-religieuse Emunah, appelant à l’application d’une injonction temporaire qui empêcherait le gouvernement de transférer cette prérogative des tribunaux rabbiniques au ministère des Services religieux.

Le ministre de l’Éducation Naftali Bennett et la ministre de la Justice Ayelet Shaked, tous deux membres de HaBayit HaYehudi, un parti qui s’oppose au monopole ultra-orthodoxe sur les conversions et d’autres services religieux, furent les seuls ministres à voter contre ces deux mesures.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article