Le candidat du Shas Moshe Abutbul à l’élection municipale de Beit Shemesh a remporté le scrutin avec moins de 1 000 votes d’avance sur son opposant laïc Eli Cohen.

Le décompte final, publié mercredi matin par le ministère de l’Intérieur, attribue 19 401 voix à Abutbul (51 %) contre 18 643 à Cohen (49 %).

A Nazareth, Ali Salam a lui obtenu deux tiers des voix et battu le maire en exercice Ramez Jaraisi, invaincu depuis 1994. Salam avait déjà remporté l’élection en octobre, un scrutin soupçonné d’avoir été entaché de tricheries.

Salam a obtenu 27 666 voix (soit un peu plus de 61 %) tandis que Jaraisi en a obtenu 17 266 (38,43 %).

La décision d’organiser de nouvelles élections à Beit Shemesh a été prise en décembre par le tribunal de district de Jérusalem, après que le procureur général Yehuda Weinstein et le candidat laïc Cohen aient contesté les résultats (donnant une très légère avance à Abutbul) pour fraude massive.

La police a découvert des centaines de cartes d’identité dans un appartement ainsi une voiture susceptible d’appartenir aux partisans d’Abutbul. Les enquêteurs ont aussi trouvé une cache pour des vêtements ayant visiblement servi à déguiser des individus, qui ont voté plusieurs fois le jour de l’élection.

Le Shas a continué d’affirmer que la victoire d’Abutbul était légitime, prétendant que les juges s’étaient laissés influencer par une campagne diffamatoire des médias.

A Nazareth, le procureur général Weinstein a diligenté une enquête post-élection, conduite par le ministère de l’Intérieur, l’administration pénitentiaire et le ministère de la Justice. Celle-ci a montré qu’au moins 11 bulletins de vote ont été déposés par des prisonniers ou des citoyens vivant à l’étranger lors de l’élection de novembre. De tels individus n’auraient pas dû pouvoir voter.

Le maire en exercice Jaraisi n’avait défait son opposant Salam que de neuf voix lors du scrutin initial.

A la fermeture des bureaux de vote, mardi à 22h, le taux de participation était de 76 % à Beit Shemesh et de 83,6 % à Nazareth, soit une augmentation respective de 7 % et 13 % par rapport au scrutin d’octobre.

« Une plus grande participation conduit à des résultats plus proches des aspirations publiques », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gideon Saar.

À Beit Shemesh, une femme a cependant été arrêtée par la police mardi soir pour avoir tenté de voter deux fois.