Le centre Simon Wiesenthal a protesté lundi contre une exposition d’art moderne en Estonie consacré au souvenir de l’Holocauste, que l’organisation considère comme « scandaleuse et insultante » pour la mémoire des victimes, dans une lettre parvenue à l’AFP.

L’exposition intitulée « My Poland: Recalling and Forgetting » (Ma Pologne: se rappeler et oublier), réunit dans le Musée d’Art de Tartu, dans l’Est de l’Estonie, huit œuvres de différents artistes : photographies, vidéos et installations constituant, selon le catalogue, « une proposition artistique de parler de cet épisode douloureux du passé et de confronter cette expérience traumatique avec une réalité contemporaine ».

Cependant, selon l’historien du Centre Wiesenthal, Efraim Zuroff, l’exposition « se moque du destin des victimes des nazis ».

« Si l’exposition prétend essayer de traiter le trauma par l’humour, le résultat est une moquerie dégoûtante des massacres (commis sur la) communauté juive européenne, ainsi que des efforts en vue de préserver la mémoire des victimes et de communiquer les leçons de l’Holocauste », a insisté Zuroff.

Dans sa lettre, Zuroff évoque notamment la vidéo du Polonais Artur Zmijewski « The Game of Tag » (Le jeu du loup) qui représente des personnes nues jouant à ce jeu d’enfant dans une chambre à gaz. Ce film avait éveillé d’importantes controverses lors d’une exposition à Berlin en 2011.

Selon le conservateur du musée estonien, Mme Rael Artel, l’intention des artistes n’était pas de plaisanter. « Ce ne sont pas des œuvres drôles », a-t-elle déclaré à l’AFP.

« Ils (le Centre de Wiesenthal) sont totalement à côté de la question. Je pense que leurs déclarations sont émotionnelles et ne prêtent pas vraiment attention au contexte ».

« J’espérais qu’avec ces travaux, nous pourrions avoir une sorte de point de départ pour approcher ces événements historiques très désagréables et dérangeants, » a-t-elle ajouté.

L’exposition doit rester ouverte jusqu’au 29 mars au Musée d’Art de Tartu.