Le centre Simon Wiesenthal a réclamé lundi une conférence européenne contre l’antisémitisme, dans le sillage des attaques de Copenhague et Paris qu’il voit comme les prémices d’une « épidémie paneuropéenne ».

Notant qu’à chaque fois des juifs avaient été pris pour cible aux côtés d’activistes de la liberté d’expression et de policiers, le centre Wiesenthal a demandé au président du Conseil européen, Donald Tusk, de réunir Etats, ONG, dirigeants religieux et experts « pour combattre l’antisémitisme sur tous les fronts ».

« Paris et Copenhague sont appelés à devenir les précédents d’une épidémie paneuropéenne », et « les condamnations ne suffisent pas », a estimé l’ONG, qui se consacre notamment à la lutte contre l’antisémitisme et à la recherche sur l’Holocauste.

Les attaques de Copenhague ce week-end ont fait deux morts, dont un juif de 38 ans, Dan Uzan, qui assurait la surveillance d’une synagogue à Copenhague dans la nuit de samedi à dimanche.

À Paris, quatre juifs avaient aussi été tués le 9 janvier lors d’une prise d’otages réalisée par un djihadiste de 32 ans, Amédy Coulibaly, dans un supermarché casher au surlendemain de l’attaque du magazine satirique Charlie Hebdo par les frères Kouachi, qui avait fait 12 morts.