Le ministre des Affaires étrangères irlandais Simon Coveney, actuellement en visite en Israël, a défendu les politiques de son gouvernement au Moyen-Orient, vingt-quatre heures après que Netanyahu l’a réprimandé en raison du soutien traditionnel apporté par Dublin aux Palestiniens.

Lors d’une rencontre avec le président Reuven Rivlin, Coveney a expliqué que l’histoire trouble de son propre pays dictait la politique étrangère de Dublin, affirmant que l’Irlande « veut être une aide » dans la résolution du conflit israélo-palestinien.

« Je sais qu’il y a une impression ici que l’Irlande adopte une position différente envers Israël. Puis-je dire en substance que cependant, nous aspirons à la même chose, je pense, comme la vaste majorité des Israéliens, à savoir un avenir pacifique », a indiqué Coveney à l’issue d’une réunion de travail avec Rivlin.

« Nous avons vécu beaucoup de violence sur notre propre île et nous travaillons encore à un processus de paix », a-t-il dit, ajoutant que « la raison pour laquelle les Irlandais s’intéressent autant à la relation et au conflit israélo-palestiniens, c’est que nous-mêmes, nous avons connu un passé violent et que nous le considérons comme l’un des plus grands conflits, l’une des plus grandes divisions dans le monde ».

« La raison pour laquelle je suis ici – il s’agit de la première visite que je fais hors de l’Europe en tant que ministre des Affaires étrangères – c’est que, malgré le sentiment que les gens peuvent avoir parfois lorsqu’il s’agit de l’Irlande, nous nous préoccupons de cette région et nous voulons être une aide », a conclu Coveney.

Hier, Netanyahu a « exprimé son mécontentement face au positionnement traditionnel de l’Irlande », disant à Coveney que son pays ne condamne pas les Palestiniens « ni pour les incitations, ni pour leur glorification des auteurs d’attentats terroristes ».