Le chef de l’organisation terroriste Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, est quasiment certainement vivant, et se trouverait dans le sud du bastion de l’EI en Syrie, Raqqa, a affirmé lundi un responsable kurde du contre-terrorisme.

« Baghdadi est clairement vivant. Il n’est pas mort. Nous avons des informations montrant qu’il est vivant. Nous pensons à 99 % qu’il est vivant », a dit Lahur Talabany à Reuters.

« N’oubliez pas ses racines chez Al-Qaïda en Irak », a dit Talabany, faisant référence au groupe terroriste ciblé pendant des décennies par les Etats-Unis et d’autres pays occidentaux. « Il se cache des services de sécurité. Il sait ce qu’il fait. »

Cette interview semble renforcer encore l’évaluation faite dimanche par Abu Ali al-Basri, directeur du service des renseignements et du contre-terrorisme de ministère irakien de l’Intérieur, qui pense lui aussi qu’al-Baghdadi est toujours vivant et se cache en Syrie.

Il ne s’agit cependant que des plus récentes affirmations et contre-affirmations sur Baghdadi.

Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, en 2013. (Crédit : Kremlin.ru/CC BY 4.0/WikiCommons)

Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, en 2013. (Crédit : Kremlin.ru/CC BY 4.0/WikiCommons)

Lundi, le Kremlin a annoncé disposer d’informations « contradictoires » sur la mort de Baghdadi. « L’information qui nous arrive est contradictoire et est en train d’être vérifiée par nos agences de renseignement », a indiqué aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Nous n’avons pas d’information sûre », a-t-il ajouté.

La mort du chef de l’EI a été annoncée la semaine dernière par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), au lendemain de la proclamation par l’Irak de sa victoire à Mossoul face à l’organisation terroriste. L’ONG, qui dispose d’un large réseau de sources en Syrie, a toutefois dit ignorer le lieu, la date ou les circonstances de sa mort supposée.

L’armée russe avait également annoncé le 22 juin avoir « selon une forte probabilité » tué Baghdadi lors d’une frappe aérienne fin mai près de la ville de Raqqa en Syrie, une information qui n’avait été confirmée par aucune autre source.

Les Etats-Unis ont pour leur part indiqué ne pouvoir ni confirmer, ni démentir la mort du chef de l’EI.

« Si nous savions, je vous le dirais. A cet instant je ne peux ni confirmer ni démentir », a déclaré le chef du Pentagone, James Mattis.

James Mattis (Crédit : autorisation)

James Mattis (Crédit : autorisation)

« Nous considérons qu’il est toujours vivant et pour l’instant je ne peux pas prouver le contraire », a-t-il ajouté.

« Nous le poursuivrons jusqu’au bout », a assuré Mattis.

Depuis 2014, des rumeurs et des informations sur la mort du chef de l’EI ont régulièrement circulé mais elles n’ont jamais été confirmées.

Abou Bakr Al-Baghdadi n’a plus donné signe de vie depuis un enregistrement audio diffusé en novembre, peu après le lancement de l’offensive sur Mossoul, dans lequel il exhortait ses hommes à lutter jusqu’au martyr.