Le gouvernement est au bord de l’effondrement et ses activités sont à l’arrêt. Le président du parti travailliste et leader de l’opposition, Isaac Herzog, accable le ministre des Affaires étrangères qui a annoncé la séparation de son parti, Israël Beytenu, avec le Likud, faction au pouvoir à la Knesset.

Herzog critique le fait que Liberman soit resté au gouvernement et a demandé à la ministre de la Justice Tzipi Livni et le ministre des Finances Yair Lapid de retirer leurs partis, Hatnua et Yesh Atid, de la coalition pour créer un nouveau gouvernement avec le parti travailliste.

« C’est un gouvernement qui a gelé ses actions et qui est donc au bord de la dissolution complète », a déclaré Herzog.

« Après avoir exprimé son manque de confiance envers le Premier ministre, Liberman aurait dû quitter le gouvernement. Je suggère aussi à Tzipi Livni et à Yair Lapid de quitter le gouvernement, de nous rejoindre et de faire un grand coup politique qui donnerait au public une voie alternative », a-t-il poursuivi.

Le chef du parti travailliste a aussi condamné la querelle publique entre Liberman et Netanyahu au sujet de la réponse retenue de ce dernier devant la reprise des tirs de roquettes à Gaza, et a déclaré que le ministre des Affaires étrangères ne peut plus « se faire passer pour un modéré maintenant ».

Le député travailliste Omer Bar-Lev a aussi commenté la séparation entre le Likud et Israël Beytenu. Il a déclaré que cette séparation oblige les citoyens israéliens à choisir entre « l’idéologie nationaliste d’extrême droite » et « la vision du Parti travailliste, qui défend l’idée de la séparation avec les Palestiniens depuis toujours et la lutte déterminée contre le terrorisme ».