Le chef du groupe terroriste palestinien Jihad islamique, Ramadan Abdallah Challah, a affirmé jeudi à Téhéran ne pas croire aux promesses d’aide internationale pour la reconstruction de la bande de Gaza.

La communauté internationale a promis dimanche 5,4 milliards de dollars d’aide à Gaza dévastée par 50 jours de guerre cet été, tout en exigeant des deux camps qu’ils reprennent sérieusement les négociations de paix.

« Nous ne mettons pas beaucoup d’espoirs dans ce genre de promesses et nous nous en remettons à Dieu pour compenser les pertes », a déclaré le secrétaire-général du groupe palestinien, cité par l’agence officielle Irna, lors d’une rencontre avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

M. Abdallah Challah a salué l’aide apportée aux hommes armés de Gaza par la République islamique, estimant que « sans l’aide stratégique et efficace de l’Iran, la résistance et la victoire à Gaza auraient été impossibles ».

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, fournit au Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, et au Jihad islamique, la technologie nécessaire pour la fabrication de missiles utilisés pour frapper les villes israéliennes depuis l’enclave palestinienne.

L’ayatollah Khamenei, cité par l’agence Fars, a pour sa part appelé les groupes armés palestiniens à « relancer leur préparation jour après jour et à renforcer leurs forces à Gaza » pour contrer une éventuelle nouvelle opération de l’armée israélienne.

Fin juillet, en pleine offensive israélienne, le numéro un iranien avait appelé les Palestiniens à « poursuivre la lutte armée et l’étendre à la Cisjordanie ».